aadl-oran-squat

Programme AADL1 : Les projets livrés début avril

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, ministre par intérim du Commerce, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué que les dernières intempéries qu’a connues le pays, durant les mois de décembre et de janvier derniers, ont causé l’arrêt de plusieurs projets et travaux de réalisation des logements AADL.

Le ministre qui visitait, cette semaine, le chantier de la grande mosquée, a tenu à rassurer encore une fois les souscripteurs, en affirmant qu’en dépit de ces contraintes, «le programme AADL1 sera achevé dans sa totalité au plus tard, le début du mois d’avril prochain». Et c’est le cas déjà dans plusieurs wilayas, à l’instar d’Oran et de Khenchela, où les services de l’agence ont entamé la distribution des logements aux souscripteurs du programme AADL2.
Il faut dire qu’au-delà des aléas, l’Agence nationale d’amélioration et de développement du logement (AADL) devait achever la distribution des logements aux souscripteurs des programmes 2001 et 2002 (AADL 1), en mars prochain, pour entamer ensuite les opérations de distribution des logements aux souscripteurs au programme 2013 (AADL 2). Les projets sont réalisés à un rythme soutenu, la preuve étant que des logements sont livrés dans des délais de 10 mois après leur lancement. Toutefois, le ministre précise que «de manière générale, il faut compter entre 24 mois et 32 mois. Nous avons atteint des délais et une efficacité pratiquement incompressibles. Le citoyen algérien est impatient, et c’est compréhensible. C’est pour cela que nous avons mis en place le système de pré-affectation à partir d’un taux de réalisation de 70%, pour le rassurer et lui montrer que le projet, son bâtiment et son appartement sont bien là», a-t-il expliqué. Abdelmadjid Tebboune cite également d’autres problèmes à l’origine du retard accusé dans la réalisation de certains projets, et qui sont, entre autres, le changement de terrain d’assiette attribué, «ce qui n’est pas du ressort du ministère». «Lorsqu’on nous attribue du foncier, nous lançons les études et la sélection des entreprises. En cours de route, il arrive que ce terrain soit retiré et que l’on change d’emplacement. À ce moment-là, nous refaisons le même processus de sélection, ce qui prend encore 6 mois. Et cela peut arriver deux ou trois fois pour le même projet, donc on prend jusqu’à 1 an et demi de retard. Mais tous les projets seront livrés quel que soit le temps pris», a-t-il encore expliqué. Le programme AADL, destiné aux couches moyennes, a bénéficié, faut-il le rappeler, d’un financement additionnel de 120.000 unités, faisant augmenter le nombre des logements prévus dans le budget à 470.000 unités.
M. Tebboune a précisé que le programme location-vente de 150.000 unités, initialement, a été progressivement élargi à la réalisation de 80.000 unités en 2013, à 80.000 autres en 2015 et à 40.000 unités en 2016, auxquelles s’ajoutent récemment 120.000 nouvelles unités, ramenant ainsi le nombre global prévu au titre de ce programme à 470.000 unités. «Il s’agit d’une confirmation de la détermination des autorités à poursuivre le programme de logements qui ne sera pas suspendu, quelle que soit la conjoncture», a indiqué le ministre.
«Les premières opérations de distribution des logements AADL 2 à Alger débuteront avant la fin du premier semestre 2017», a souvent annoncé le ministre, ces derniers temps.

Aucune difficulté de financement  des programmes

Le ministre a déploré, par ailleurs, le retard enregistré dans certaines wilayas, à l’instar de Béjaïa, Bouira et Boumerdès, imputant cela à des problèmes objectifs liés essentiellement au foncier. M. Tebboune a mis en garde contre les «tentatives de désinformation que mènent certaines parties qui veulent exploiter le dossier du logement pour semer l’anarchie», exprimant son indignation quant aux propos faisant état de l’arrêt des projets en raison des difficultés financières que traverse le pays. «Il est vrai que nous ne vivons pas dans un paradis, mais il est grave et inacceptable de dire que la situation actuelle est un enfer», a-t-il déclaré, ajoutant que «malgré le recul des recettes du pays, la croissance continue, en témoignent les projets d’habitat et les postes de travail». Répondant à une question sur l’identité des parties qui sont derrière ces campagnes, le ministre a répliqué que ces complots sont ourdis dans de grands laboratoires par des personnes qui ont l’art de manipuler les sentiments, affirmant qu’il avait une totale confiance en la maturité des Algériens pour barrer la route à ces velléités.
«Les engagements du secteur de l’Habitat à l’égard des citoyens découlent des instructions du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, pour mettre les projets du secteur à l’abri des répercussions du recul des recettes financières du pays», a précisé, à une autre occasion, M. Tebboune. Plus de 920.000 logements, toutes formules confondues, sont en cours de réalisation, à travers le territoire national, et aucun projet n’a rencontré de difficultés de financement à ce jour, a-t-il affirmé.
«Les projets de logement ont apporté de la sérénité aux citoyens», a-t-il dit, ajoutant que «les citoyens ne se laissent plus berner par la désinformation, car la cadence de réalisation des logements est claire pour tous». «Nous savons qui est derrière les sit-in organisés çà et là. Ce ne sont pas les citoyens, car ces derniers savent qu’ils ont affaire à des hommes qui tiennent leurs promesses», a ajouté M. Tebboune. Pour le ministre, «la crise du logement en Algérie est en voie de règlement».

Source: Elmoudjahid le 28-02-2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *