Les souscripteurs au programme de l’AADL 2 à Constantine ne désarment pas. Plus déterminés, ils sont revenus à la charge, hier matin, en organisant un imposant mouvement de protestation devant le cabinet du wali.

En colère, environ une centaine d’hommes et de femmes se sont regroupés durant plus d’une heure pour dénoncer les contraintes qui les empêchent d’accéder enfin à leurs logements et décider des prochaines actions. «Notre attente s’éternise ! On en a marre ! On ferme la route, c’est la seule solution !» ont-ils scandé.

 

Le pic de la protestation a été atteint vers 10h quand les souscripteurs ont décidé de fermer la route à proximité de la station du tramway et du stade Ben Abdelmalek Ramdane. «C’est le deuxième samedi que l’on décide de fermer la route, pour faire entendre notre calvaire. Apparemment, c’est le seul moyen qui fait bouger les choses ici», dira Moncef Matmat, un des souscripteurs. Ce dernier soutient que l’objectif de ce mouvement est de réclamer l’intervention rapide du ministre de l’Habitat, voire «celle du président de la République qui est en train de promettre des changements». Les protestataires affirment ne pas voir le bout du tunnel.

D’après leurs dires, les promesses du wali de Constantine d’accélérer les travaux de VRD au niveau des sites inachevés vont dans le sens contraire de ce qui se passe réellement sur terrain. M. Matmat renchérit : «Plusieurs contraintes se posent toujours, depuis plus de deux ans, au moment où les autorités locales ne bougent pas. En nous déplaçant sur les lieux chaque semaine, nous avons constaté que les travaux de l’aménagement extérieur et de VRD n’avancent pas. Pourtant, le wali nous a promis de livrer le site de Retba, dans la commune de Didouche Mourad, durant ce premier trimestre. Sur place, la réalité est toute autre. Si on évalue le taux d’avancement, ce site ne sera pas livré cette année.» Notre interlocuteur affirme que le conflit avec les propriétaires de terrains se pose toujours, ce qui retarde les travaux de raccordement du site aux réseaux de gaz et d’électricité. Pourtant, selon Moncef Matmat, le chef de l’exécutif avait menacé de mobiliser les services de l’ordre, si les propriétaires s’opposent aux travaux. Pis encore, les souscripteurs dénoncent également la suspension des travaux d’aménagement extérieur sur le site des 1029 unités à Bechakra, dans la commune d’El Khroub.

Selon eux, le promoteur Bourouag leur a avoué «qu’il n’a plus d’argent pour achever les travaux». Pour ce qui est des 900 logements AADL à El Mouzina, les finitions des appartements traînent toujours. 

 

Source : elwatan du 19 JANVIER 2020