Les mouvements de contestation sont devenus légion dans la wilaya de Aïn Témouchent, avec des sit-in quasi quotidiens organisés devant le siège de la wilaya.

Des souscripteurs des 1104 logements AADL– Cnep, dont 972 au chef-lieu de wilaya et 132 à El-Malah, ont repris le chemin de la contestation, en raison de l’énorme retard enregistré dans la réalisation de leurs futurs appartements. Las d’attendre un hypothétique soulagement qui tarde à se dessiner, ils ont observé lundi et mardi un sit-in pacifique devant le siège de la wilaya pour protester contre le retard mis dans la remise des clefs de leurs logements prenant leur mal en patience depuis 2013.

“Six années d’attente, c’est trop. Le verre est plein”, nous déclarera l’un des protestataires. La remise des clés aux bénéficiaires est donc renvoyée aux calendes grecques en raison des travaux d’aménagement extérieurs (VRD) qui tardent à être lancés suite à un litige entre l’AADL et la Cnep. “On nous a informés que c’est l’AADL qui prendra en charge ces travaux, après avoir été confiés dans un premier temps à la Cnep.

L’opération se trouve toujours au stade de l’appel d’offres laquelle perdure, sachant que la plupart des souscripteurs sont les plus touchés, puisqu’ils sont locataires chez les privés”, a déclaré un autre souscripteur, la gorge nouée, tout en s’interrogeant : “À quoi sert de nous remettre des décision de pré-affectation et de nous exiger de mettre à jour nos dossiers. Pourquoi tout ce calvaire ?”

Ce dernier dit avoir souscrit à ce programme à l’âge de 25 ans et actuellement il se retrouve à 32 ans, mais qui garde toujours son statut de célibataire qui lui a évité une aggravation de sa situation avec une famille à sa charge. Des souscripteurs se rendent quasi quotidiennement dans la wilaya pour tenter de débloquer la situation, en vain.

Face à cette situation et à défaut d’une solution dans les plus brefs délais, les protestataires ont décidé de durcir leurs protestations et de tenir chaque lundi et mardi des sit-in devant le siège de la wilaya en bloquant carrément le carrefour principal.

Il est utile de rappeler que ce sérieux problème qui pénalise des centaines de familles et qui date de 2013 a été exposé à l’ex-ministre de l’Habitat, Abdelwahid Temmar, lors de sa visite effectuée en décembre 2017. Il s’est engagé à prendre en charge les travaux d’aménagement primaire des 1104 logements pour un montant de 140 millions DA, alors que le reste des travaux tertiaires sera confié à la Cnep.

Source : Liberté Algérie du 17-10-2019