Des habitants de différents quartiers d’Alger, souscripteurs aux programmes AADL, se sont plaints du retard enregistré dans l’avancement des travaux au niveau des projets 1000 et 2600 logements de Bouinan.

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, des souscripteurs ont exprimé leur indignation. Dénonçant leur affectation en dehors du territoire de la capitale sans prendre en considération leur lieu de résidence et de travail, ces citoyens, en attente de leurs logements depuis sept longues années, dénoncent «la lenteur de la cadence des travaux». Ils ont notamment exprimé leurs inquiétudes quant à l’incapacité des responsables des projets à évacuer l’amas de terre qui s’amoncelle sur place, ce qui risque de retarder, encore davantage, la réception de leurs appartements.

Ces souscripteurs se disent «déçus», d’autant qu’ils figurent parmi les premiers dans l’ordre chronologique des affectations et se retrouvent à attendre encore longtemps alors que les travaux sont achevés dans bien d’autres projets affectés, situés sur le territoire de la wilaya d’Alger.

Les souscripteurs de ces projets rappellent avoir eu les attestations d’affectation définitive depuis mai 2019, ce qui est l’équivalent d’un taux d’avancement de 70% du projet. Mais compte tenu de la lenteur des travaux, ils risquent de continuer à attendre durant plusieurs mois, alors que la plupart d’entre eux sont locataires ou vivent dans l’exiguïté.

 

 

elwatan du 17 JUIN 2020


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site