Prévue pour le 5 juillet, elle n’aura pas lieu de sitôt.

La promesse donnée aux souscripteurs, en janvier dernier, par le SG de la wilaya de Tamanrasset, Rachid Benkhaznadji, en présence du directeur régional de l’AADL, Mohammed Benaïssa, ne sera donc pas honorée, eu égard aux retards accusés dans la réalisation des travaux liés aux réseaux divers. C’est du moins l’amer constat arrêté par l’association des souscripteurs lors de sa toute dernière visite effectuée sur le site.
Dans une déclaration rendue publique, l’association dénonce particulièrement la “nonchalance” des entreprises engagées par la direction locale de distribution d’électricité et du gaz (DDE) et la mollesse nuancée d’indifférence des services chargés du contrôle et du suivi des travaux. Une accusation rejetée en bloc par l’OPGI de Tamanrasset, le maître d’ouvrage délégué. D’après le DG de l’OPGI, Yacine Amokrane, la cadence des travaux a été freinée par les entreprises chargées des raccordements aux réseaux d’électricité et du gaz qui n’ont amorcé leurs travaux que récemment. “Pourtant, les paiements ont été effectués depuis février dernier et les postes transformateurs demandés ont été réalisés conformément aux normes requises. Je ne vois pas pourquoi tout ce retard procédurier”, regrette-t-il, non sans préciser que la totalité de la facture relative au raccordement des 100 logements de type F4 a été réglée. Pour ce qui est des 50 logements F3, la DDE a reçu 50% du montant de la facture. “Le retard constaté dans le lancement des travaux de raccordement des logements aux réseaux de gaz et d’électricité n’arrange ni les souscripteurs ni l’OPGI qui se trouve contraint d’arrêter les chantiers liés aux aménagements extérieurs pour éviter les doubles travaux”, explique encore le DG de l’OPGI. À la DDE, on a appris que les chantiers ont été partiellement lancés. Les délais contractuels sont fixés à 5 mois pour les raccordements et la réalisation du réseau d’électricité et à 2 mois pour celui du gaz. Après ces délais, les entreprises chargées des aménagements extérieurs devraient reprendre leurs travaux pour une période allant jusqu’à un mois, sans parler des procédures liées à la mise en conformité des installations internes que les services de Sonelgaz remettent en cause d’ores et déjà. Évoquant le volet commercial et le paiement des tranches, les 87 souscripteurs Aadl 2 (52 F3 et 35 F4) rappellent qu’ils sont livrés à eux-mêmes en l’absence d’un représentant de la direction régionale à Tamanrasset. “Certes, l’Opgi qui se charge du volet technique du projet a été attentif à nos doléances, notamment concernant les réserves émises lors de nos visites sur le terrain, mais la direction régionale de l’Aadl n’a toujours pas honoré ses engagements. Les souscripteurs n’ont pas d’interlocuteur en mesure de répondre à leurs préoccupations d’ordre commercial. Une direction régionale qui n’arrive pas à gérer 87 souscripteurs dans toute une wilaya n’a pas lieu d’être”, fulmine un membre de l’association des souscripteurs.

Source : Journal Liberté Algérie du 02-07-2019