Plusieurs dizaines de souscripteurs au programme de logements AADL-2 de la wilaya de Bouira se sont rassemblés, hier samedi au niveau de la placette de la maison de la culture ‘’Ali Zamoum’’ de Bouira, pour protester contre les retards qu’accusent les nombreux chantiers de cette formule à travers la wilaya de Bouira. Selon certains protestataires rencontrés hier sur place, sur les neuf projets de la formule AADL-2 lancés sur le territoire de la wilaya de Bouira, seuls deux projets avancent avec le rythme exigé par les cahiers des charges, et peuvent être livrés avant la fin de l’année, comme prévu. Les protestataires ont aussi soulevé le cas du projet pour la réalisation de 200 logements de ce type, dans la localité d’Ouled Bellil, qui n’a toujours pas été lancé depuis 2015, en plus des trois chantiers de la commune de Bouira, et de ceux de Haizer et Kadiria, dont les travaux avancent à pas de tortue : «Récemment, lors de l’ouverture du site internet de l’AADL pour l’opération du choix des sites, les souscripteurs de la wilaya de Bouira n’ont eu à choisir qu’entre deux sites à Bouira-ville. Les projets d’El-Hachimia, Sour El-Ghozlane, Ouled Bellil, Aïn-Bessem, Kadiria, Haizer et M’chedallah, ne figurent toujours pas sur la liste des choix de l’AADL. Sans parler des projets prévus pour Lakhdaria et Bechloul, et pour lesquels, aucune assiette de terrain n’a encore été retenue pour le moment», nous a expliqué l’un des protestataires. Notre interlocuteur se désole de ces nombreux retards qu’accuse la formule AADL à Bouira, en soulignant que les logements destinés aux souscripteurs de 2001 et 2002, au nombre de 200, n’ont toujours pas été livrés à ce jour. Il interpellera les responsables de la direction générale de l’AADL ainsi que les responsables de la wilaya, afin d’intervenir pour lever toutes les contraintes qui bloquent, selon-lui, les projets de cette formule. A noter qu’à la fin de cette protestation, les souscripteurs ont décidé de créer une association de wilaya, qui regroupera l’ensemble des souscripteurs. Selon-eux, il s’agit d’un cadre réglementaire, qui aura comme principale mission «d’accompagner ces programmes et de suivre l’avancement des chantiers et des dossiers sur le terrain, en collaboration avec les responsables locaux de l’AADL à Bouira», précisent nos interlocuteurs.

 

Source : depechedekabylie du 28.10.2018