Ils ont bloqué les routes pendant des journées, crié leur ras-le bol, assiégé la wilaya, brandi des banderoles et aujourd’hui, ils ont enfin obtenu gain de cause. Mais si la grande majorité est aujourd’hui soulagée d’avoir enfin un toit décent au-dessus de sa tête, d’autres par contre, toute honte bue, et comme leurs prédécesseurs, se sont précipités auprès des agences immobilières pour louer leurs nouveaux logements, aussi bien dans le volet social que celui de l’AADL. De source sure, nous apprenons que des logements seraient loués à 13 000 dinars à Draa Rich ou à Kalitoussa un prix « dérisoire » en raison de l’éloignement par rapport au chef-lieu. « Au quartier « Gamgoum » de Kalitoussa, par exemple, tout comme à Draa Rich, des logements nouvellement attribués sont mis en location. D’autres les ont fermés, pour les laisser à leurs enfants qui sont encore des ados aujourd’hui. Ils utilisent ces logements comme résidence secondaire, ils n’y vont que les week-ends ». Pis, notre source cite nommément de riches propriétaires habitant des villas, et qui auraient obtenu des logements sociaux, impliquant dans cette magouille, des fonctionnaires véreux connus. Ou encore « A Draa Rich, des logements attribués du temps de l’ex-wali, ont été transformés en maisons de rendez-vous. Des nouveaux-venus d’autres wilayas auraient obtenu des logements à Annaba « regroupés parfois dans des blocs entiers ». Un attributaire aurait actuellement des démêlés avec la justice pour avoir carrément vendu son nouveau logement. Mais dans toutes ces intrigues, notre source note « l’intransigeance du wali qui veille, même après les attributions pour débusquer les resquilleurs. « Il y a quelques jours, il s’est déplacé de bon matin à la Place d’armes, pour contrôler le départ effectif des bénéficiaires de logements sociaux » ajoute notre interlocuteur très proche de ce dossier, et qui aurait, dès la parution des premières magouilles du temps de l’ex-wali, adressé un rapport au ministère de tutelle en citant des noms, mais il n’aurait reçu aucune réponse. « Malgré toute sa bonne volonté, le premier responsable de la wilaya ne peut personnellement cerner un problème qui dure depuis les premières attributions à Draa Errich ou Kalitoussa, tant il est étendu et noyé dans une totale opacité. Il faudrait alors reprendre toutes les listes d’attribution et faire du porte à porte ». Au moment où des familles réellement mal logées attendent leur tour depuis des années, le délit commis par ces escrocs d’un nouveau genre est d’autant plus grave. « Un délit rendu possible grâce à des fonctionnaires véreux qui sévissent dans certaines administrations et qui ont fait de leur poste de responsabilité, en toute impunité, un véritable fond de commerce ».

Source: l’Est républicain .com du 23/01/2019