De nombreux souscripteurs AADL, convoqués, lundi, pour retirer leur ordres de versement, sont retournés bredouilles. Et pour cause, les agents des locaux installés provisoirement au sein du centre culturel islamique (CCI) de Chlef ont déserté les lieux, au motif qu’ils observaient une grève.

Du coup, les demandeurs venus des wilayas de Chlef et de Aïn Defla se sont dirigés vers l’entrée principale de la wilaya où ils ont observé un sit-in pour dénoncer cette situation. «Cela fait une semaine que je fais les va-et-vient entre Chlef et Aïn Defla pour obtenir mon ordre de versement mais à notre grande surprise, les bureaux de l’AADL sont désespérément vides. Il n’y a aucun agent, ni responsable pour nous accueillir», a déploré un postulant de la wilaya voisine.

Un autre convoqué le même jour, pour le même motif, ne cache pas sa colère et son désarroi devant «l’anarchie et le cafouillage» qui règnent. «Depuis des mois, on nous fait attendre mais lorsque notre tour est arrivé, les agents de l’AADL ont fait grève, laissant de nombreux postulants dans le désarroi», a-t-il dénoncé. Hier matin, nous nous sommes rendus aux bureaux de l’AADL, situés au CCI de Chlef, devant le siège de la wilaya. Effectivement, les salles ouvertes à cette fin sont vides.

Nous avons cherché le personnel chargé de l’opération mais personne ne savait où il se trouvait. Seuls les souscripteurs livrés à eux-mêmes occupaient les couloirs du bâtiment.

elwatan