La bonne nouvelle de l’Aadl

51

SOUSCRIPTEURS AUX 230.000 LOGEMENTS IDENTIFIÉS

 

L’assiette foncière pour l’achèvement de son deuxième programme de location-vente lancé en 2013 a été trouvée.

L’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (Aadl) a finalisé l’opération d’identification des assiettes foncières sur lesquelles seront bâtis les projets restants de son programme de 230.000 logements, a-t-on appris auprès de responsables du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville. Pour définir le foncier nécessaire à l’achèvement de son deuxième programme de location-vente lancé en 2013, cette agence a dû recourir aux fichiers du foncier urbanisable établis récemment au niveau des wilayas à l’issue d’une enquête menée, depuis 2014, sur le potentiel foncier national destiné au logement.
C’est ainsi que les équipes locales de l’Aadl travaillent actuellement en collaboration avec les directeurs de l’urbanisme, de l’architecture et de la construction (Duac) pour réserver définitivement le foncier à bâtir à travers l’établissement des procès-verbaux de choix de terrains, indique la même source. Cette nouvelle démarche de l’Aadl s’explique par le fait que dans ses programmes de logements, elle peine souvent à lancer certains de ses projets en raison, essentiellement, de la non disponibilité du foncier. Jusqu’a fin décembre 2014, sur les 230 000 logements prévus par le programme lancé en 2013, elle n’a pu entamer que la réalisation de 96 000 logements seulement dont 76 000 en 2013 et 20 000 en 2014, soit seulement 41% du programme.
De surcroît, elle a dû renoncer à certains terrains qui lui ont été attribués en raison de leur nature accidentée ou carrément inconstructible, sans compter les lignes d’électricité de haute tension et les réseaux d’assainissement qui traversent certains lots alors que d’autres font l’objet de litiges avec des occupants illicites. C’est pourquoi les fichiers du foncier urbanisable auxquels elle a, désormais, accès ont été conçus de façon qu’ils indiquent non seulement la délimitation des assiettes mais aussi leur état d’occupation et leur nature géologique, lui permettant d’avoir au préalable un aperçu sur les caractéristiques des terrains disponibles et d’y opter plus rapidement.
Il est observé qu’outre le problème du foncier entravant son programme, l’Aadl fait également face à une faible offre des entreprises de réalisation.
En 2013 et en 2014, elle a enregistré 1522 appels d’offres déclarés infructueux avec un nombre faible de soumissions des entrepreneurs algériens pour ces projets. Ce qui l’a même amené, en 2014, à recourir aux entreprises de la 2ème short-list établie par le ministère de l’Habitat mais sans grand résultat. Cette short-list comprend 106 entreprises dont 49 algériennes et 9 groupements mixtes regroupant des entreprises algériennes et étrangères, intéressés par la réalisation d’ensembles intégrés de 400 à 2000 logements par projet. Sur un total de 414 consultations menées par l’Aadl auprès de ces entreprises algériennes et groupements mixtes de la short-list, il y a eu 306 consultations où les entreprises n’ont émis aucune réponse, 71 cas où elles ont répondu négativement en invoquant leur plan de charge saturé alors que dans les 33 cas restants, elles ont exigé des prix jugés «excessifs». En conséquence, l’agence n’a finalement retenu que quatre entreprises algériennes pour la réalisation de 10.000 logements, et se voit obligée de faire davantage appel aux entreprises étrangères pour lancer ses autres projets. Outre les logements restants de son programme de 230.000 unités, l’Aadl prévoit le lancement de 400.000 logements dans le cadre du programme quinquennal 2015-2019. Son plan de charge passe, alors, à 630.000 logements avec une moyenne de 105.000 logements à lancer annuellement durant le quinquennat 2015-2019. Pour réaliser ces objectifs, elle déléguera les Offices de promotion et de gestion immobilière (Opgi) de certaines wilayas pour prendre en charge ses projets de logements en location-vente.
Elle mise, par ailleurs, sur une nouvelle organisation qui prévoit la création de huit à neuf directions régionales et des directions de projets dont les compétences territoriales sont étendues aux limites de la wilaya.
En outre, l’agence est habilitée à prendre des participations dans des entreprises publiques économiques ou à créer des filiales pour certaines activités relevant de ses missions.
Ces nouvelles modifications du cadre organisationnel ont pour objectif principal d’améliorer son efficacité et d’atténuer la pression sur cette agence qui représente l’outil le plus important des pouvoirs publics pour la résorption de la crise de logement, et ce, particulièrement pour la classe moyenne.

 

Expressiondz

SHARE