Pour l’AADL et le LPP, le ministre a réaffirmé que les préaffectations vont être remises d’ici à la fin de l’année et que des cités seront achevées à partir du 1er trimestre 2016. Il avertira, encore une fois, contre les indus demandeurs promettant de sévir à travers la récupération du logement et des poursuites judiciaires. La formule LPP, quant à elle, ne semble pas connaître le succès escompté. “Le Premier ministre avait annoncé à l’origine 150 000 unités et nous sommes à peine à 50 000 et les demandes n’arrivent plus. Même que dans certaines wilayas la demande est nulle”, a-t-il soutenu confirmant que “la formule s’essouffle”. À la question de savoir si AADL 3 va être lancé, le ministre expliquera : “L’AADL reste la formule idoine pour le citoyen et ça se fera selon nos moyens de réalisation. Nous ne pouvons pas nous engager sur l’AADL 3 alors que nous n’avons pas encore émis les ordres de versement pour l’AADL2”.
En termes de chiffres, le ministre a révélé que les logements AADL ont atteint les 155 000 dont 75 000 à 80 000 sortis du sol. D’autres sont au niveau des terrassements et des fondations.
Avec cela, je peux dire qu’à la fin de l’année, nous aurons lancé tout le programme y compris une partie de celui de 2015 qui a été retenu dans le cadre du quinquennat actuel. En conclusion, Tebboune a assuré que la crise du logement est en train de s’atténuer et peut se résumer à 300 000 logements dans le pipe pour satisfaire une demande cumulée depuis plus de deux décennies pour arriver, enfin, à la normalité.
Le logement rural n’est pas en reste et les financements sont disponibles. Tebboune promet, par ailleurs, d’en finir avec les bidonvilles d’ici à la fin de l’année et de faire d’Alger la première capitale africaine sans bidonville.


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site