Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a dressé un constat alarmant en ce qui concerne l’habitat en Algérie. Le ministre qui a présidé, hier à Alger, une réunion d’évaluation consacrée aux résultats du secteur du logement de l’année 2013, pense que l’Algérie est très en retard en la matière et la loi sur l’urbanisme qui date de 1996 doit être remplacer par un nouveau texte de loi à même d’être en adéquation avec les exigences du moment. « Les instruments d’urbanismes sont dépassés. Ils sont utilisés d’une manière aléatoire et génère l’incompréhension du citoyen », a-t-il dit dans ce sens. Pour pallier à ce problème, le conférencier a annoncé, plusieurs mesures destinées à moderniser le secteur de l’habitat et lutter contre la bureaucratie. À titre d’exemple de nouvelles mesures d’allégements de procédures en ce qui concerne l’obtention du permis de construire. Il estime que pour arriver aux résultats escomptés, il faut aller vers une révision totale de l’ancienne loi sur l’urbanisme. Par ailleurs, le ministre de l’Habitat a déclaré que l’année 2013 a été une année «exceptionnelle» avec 657 000 logements lancés dont 248 000 ont été réceptionnés, soit un taux de réalisation de 84% du programme. Un chiffre jamais égalé depuis l’Independence du pays,  selon Tebboune. De son côté, le directeur de l’AADL, a précisé que les dossiers de souscriptions de l’AADL 2 ont été finalisés avant-hier à 10h. «L’opération du tri des dossiers des nouveaux souscripteurs de logements location-vente de  l’Agence nationale pour l’amélioration et le développement du logement  (AADL 2) a été finalisée hier (ndlr avant-hier) à 10h. D’autre part, le même responsable précise que, 35 mille ordres de versements de la première tranche ont été délivrés aux souscripteurs pour le programme AADL 1 de 2001 alors que, cette opération va commencer dans un mois en ce qui concerne les souscripteurs de 2002. Concernant le retard enregistré par les acquéreurs à AADL 2001-2002, dans le paiement de la première tranche, le ministre a expliqué que «pour faire face à toutes les demandes, il faut énormément de moyens et de temps». Rappelant que, lundi dernier, Tebboune avait indiqué, qu’il ne restait environ que 175 000 demandes à traiter pour répondre à toutes les demandes inscrites, au titre du nouveau programme de logement location-vente lancé par l’AADL.

 

source : le courrier d’algérie