Les deux bureaux de l’Agence d’amélioration et de développement du logement (Aadl) ont renoué hier avec le désordre après le rush des souscripteurs au programme de 2013 qui n’ont pas encore reçu leurs convocations pour retirer l’ordre de versement. Et curieusement, cette journée a coïncidé avec l’arrivée d’un flot de souscripteurs convoqués pour le versement du montant de la première tranche.
Le face-à-face entre ces deux groupes a généré une pagaille indescriptible devant les locaux de cette institution. Les responsables de la direction régionale de l’Aadl ont cru que le problème de la cohue qui avait marqué, par le passé, le quotidien de cette direction allait être réglé après l’ouverture d’un deuxième bureau de versement situé près du Rond-point pépinière.

Mais contrairement à leurs espérances, le désordre a régné au niveau des deux bureaux. Sur place, on a pu constater la foule nombreuse qui s’est rassemblée devant les portes de la direction régionale, au point où une file s’est formée au niveau des escaliers du bâtiment et même dans la rue, pour espérer y accéder et voir le chargé de l’examen des dossiers.

Pour les autres souscripteurs munis de l’ordre de versement (OV), la situation n’était pas plus reluisante : altercation citoyens-policiers, anarchie et évanouissements ont régné en maître durant de longues heures.

Selon l’un des souscripteurs : «Comment se fait-il que des jeunes célibataires âgés de 20 ans sont convoqués et moi un quadragénaire avec à charge une famille de 4 personnes, je dois attendre le programme Aadl 3. Ce n’est pas juste.»

Un avis partagé par la foule qui s’est réunie devant les bureaux de l’agence régionale. En chiffres, 4000 souscripteurs au programme Aadl 2, sur un total de 30 000 à Oran, n’ont pas reçu les convocations qui leur permettent de retirer les ordres de versement de la première tranche de 21 et 27 millions de centimes.

10 000 postulants n’ont pas complété leurs dossiers, alors que 3000 souscripteurs au programme Aadl 2 ont d’ores et déjà versé la première tranche de leurs logements respectifs qui sont actuellement en construction du côté de Aïn El Beïda, avec un taux d’avancement variant d’un chantier à un autre.

La direction régionale de l’Aadl a, pour rappel, commencé à accueillir les souscripteurs convoqués à partir du 7 décembre 2014 pour leur remettre les ordres de versement, à raison de 1000 inscrits par jour, sur un total de 30 000 souscripteurs recensés à Oran. Tous les souscripteurs devaient être convoqués avant la fin décembre.

Senouci, le directeur régional, avait alors précisé que, conformément aux instructions du ministère de l’Habitat, toutes les demandes éligibles seront acceptées, à condition que les souscripteurs répondent aux conditions fixées, à savoir disposer d’un salaire mensuel compris entre 24 000 et 108 000 dinars et n’avoir jamais bénéficié d’un logement ou d’une quelconque aide de l’Etat et résider dans la wilaya d’Oran.

Letempsdz

Le