Dans une lettre ouverte adressée au responsables du secteur de l’Habitat et des Pouvoirs publics, les habitants de la cité AADL 2.500 logements, site1 Es-Sénia, revendiquent l’application de la directive du ministère de l’Habitat en ce qui concerne l’échelonnement du paiement des loyers et des charges des 3 derniers mois au vu de la conjoncture actuelle, notamment à l’approche de l’Aïd El Adha. Dans leur lettre dont nous détenons une copie, les locataires affirment « que certains parmi eux ont reçu ce mois, une facture englobant toutes les créances non payées, des derniers mois (arrièrés de loyer des mois de mars, avril et mai). Il s’agit de la même facture qu’ils ont reçue le mois de juin, soit avant la décision du ministre relative au paiement des factures cumulées, selon un échéancier s’étalant sur une année ». Dans cette lettre le comité de quartier interpelle les services concernés pour appliquer la décision du ministre. Ce dernier, en soutien aux souscripteurs de l’Agence (AADL) suite à la conjoncture difficile du fait de la propagation de la pandémie Covid-19 a adressé au directeur général de l’AADL, une instruction à l’effet d’étaler le paiement des arriérés de loyers des mois de mars, avril et mai sur toute une année. « En application des directives du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, la filiale de gestion immobilière relevant de l’AADL (GEST-IMMO) a annoncé, dans un communiqué publié sur sa page Facebook, que les locataires pouvaient, dès le mois de juin dernier, procéder au paiement des factures de loyer mensuel du mois de juin avec 25 % des arriérés du loyer de mars, déféré, en raison de la situation sanitaire. L’AADL a précisé que l’opération se poursuivra ainsi (25% des dettes chaque mois) jusqu’au paiement du reste des factures en juin 2021 sans calcul des pénalités de retard », ajoutent les locataires, dans leur lettre. Devant cet état de fait les habitants du cite 1 AADL 2.500 logements, qui menacent de boycotter le paiement des factures, refusent de payer le cumul des 3 mois en une seule fois et demandent l’application de cette mesure qui vient en aide aux souscripteurs AADL en leur facilitant le paiement étalé sur une année de leurs redevances mensuelles et charges dues pour les trois mois en question, sans inclure les pénalités de retard.

Pour rappel le mois dernier, les 4 comités de quartier des cités location-vente du programme AADL 2, à Oran vont adressé une correspondance au directeur général de Gest Immo pour exiger la suppression de toutes les charges mensuelles, durant les trois mois de confinement sanitaire et l’établissement d’un échéancier pour le paiement des factures cumulées. Les coacquéreurs soutiennent que l’Agence n’a pas assuré la gestion immobilière des cités location-vente, durant toute la période de confinement.

Le quotidien d’oran du 18.7.2020


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site