Les visites des successifs ministres de l’Habitat à Chlef se suivent et se ressemblent, mais le problème de retard du chantier des 2000 logements AADL reste entier.

L’actuel responsable du secteur, qui était en visite hier dans la wilaya, a comme ses prédécesseurs, menacé de résilier le marché avec l’unique intervenant privé accusant un retard de 11 mois.

«Vous devez à partir de ce mardi renforcer le chantier pour activer les travaux mais si d’ici la fin novembre en cours. Si la situation reste inchangée, nous allons tout simplement résilier le marché en le confiant à une autre entreprise» a mis en garde le ministre de l’habitat en direction du chef de l’entreprise en question.

Pour sa part, ce dernier a répondu qu’il «est en mesure de relever le défi et qu’il va consentir les efforts nécessaires pour terminer le projet dans les meilleurs délais possibles». Dans un entretien avec la presse, il a abordé les contraintes techniques et administratives auxquelles sont entreprise étaient confrontées.

Il n’a pas hésité à accuser le ministre de l’habitat en poste en 2017 de «n’avoir rien fait pour l’aider à surmonter ces difficultés, se contentant, selon ses dires, à lui adresser des mises en demeure sans justifications».

Toujours est-il que quel que soit la solution envisagée, le chantier risque de ne pas être fin prêt dans les délais fixés, si l’on tient compte des retards accusés dans la réalisation d’une partie des 2000 unités AADL en lot unique et des aménagements extérieurs.

Source : elwatan