Plusieurs opérations d’attribution de logements avaient été effectuées et ce, durant le premier semestre de l’année 2019, à travers certaines communes de la wilaya de Tébessa et même au chef-lieu où 1.000 logements (LPL) avaient été distribués à leurs bénéficiaires, au pôle urbain de Dokane, après des années de vaches maigres, dues à des retards dans l’exécution des programmes alloués au secteur de l’Habitat. A signaler que la wilaya de Tébessa avait bénéficié d’un quota de 1.000 unités de logements, dans la formule LPA, programme confié à l’OPGI et à des promoteurs privés. Ce programme étant réparti sur les communes de Tébessa (400), Chéria, Ouenza, Bir El Ater, Boulhaf Dyr, El Kouif, Morsott, Elma Labiod, El Ogla et Hammamet.

D’autre part et au titre du programme AADL, 3.000 logements sont en phase de réalisation dans la commune de Boulhaf Dyr, à 10 kilomètres au nord de Tébessa. Un projet qui a fait couler beaucoup d’encre à cause des retards (encore !) accumulés, tant pour le choix du site que pour la désignation de l’entreprise qui se chargera de sa construction. Toujours dans le cadre de la réalisation des programmes de logements, un nombre de 28 mille logements ruraux ont été achevés et 65 lotissements sociaux ont été lotis et attribués à des citoyens au titre de l’encouragement à l’auto-construction.

Enfin l’option pour la réalisation de grands ensembles immobiliers est retenue par les autorités de la wilaya, dont l’objectif sera d’éradiquer le phénomène des constructions illicites qui, au final, ont défiguré le tissu urbain, à travers des appendices de constructions érigées même dans les lits et sur les rives des cours d’eau, sans tenir compte des normes exigeantes d’un urbanisme moderne. A cela s’ajoute le recasement du maximum du nombre de demandeurs de logements qui lui n’a cessé d’augmenter et donc faciliter l’accès à un logement décent, en fonction de la disponibilité de celui-ci. Les responsables locaux, à leur tête le wali, promettent que d’autres opérations de distribution de logements seront réalisées d’ici la fin de l’année en cours, ainsi un quota de 1.400 logements sera attribué. Le segment de l’Habitat et d’autres constituent l’essentiel des préoccupations des habitants, les services de la wilaya font quant à eux, dans la politique du rattrapage des programmes longtemps renvoyés aux calendes grecques, faute de dotations financières suffisantes, de gel de projets ou pour d’autres contraintes techniques ou de disponibilité d’assiettes foncières.

 

Source : Le quotidien d’oran du 19.08.2019