L’association des souscripteurs AADL 2001-2002 dénonce une nouvelle fois le sort réservé à leurs logements dont les chantiers tournent timidement. Selon un communiqué de ladite association, « le chantier tourne au ralenti, avec à peine une dizaine d’ouvriers, avec un réseau d’assainissement abandonné pour que personne n’y habite ». Il dénoncent le notamment le laisser aller, car selon la même source, « le chef de projet AADL Tizi-Ouzou était absent au rendez-vous fixé à l’association pour ce jeudi 15 février 2018. L’émission radiophonique spéciale AADL programmée par la radio Tizi-Ouzou et qui devait réunir en direct, la direction du logement, la direction AADL et l’association a été annulée à la dernière minute, car le responsable de l’AADL a refusé l’invitation, selon l’animateur de l’émission ».

Gestion opaque

Les souscripteurs qui se trouvent dans une impasse, dénoncent aussi le comportement des responsables du cabinet du wali qui : « ne répondent plus aux sollicitations des membres de l’association » et d’affirmer que « ce sont des indices révélateurs d’une volonté à peine voilée d’étouffer le mouvement de revendication, d’instaurer une gestion opaque et un black-out sur l’information et d’en priver le souscripteur pour mieux exécuter leurs (les autorités) plans machiavéliques »« Que veulent nos responsables? Cherche-t-on le pourrissement? veut-on nous pousser à durcir le ton? Dans tous les cas nous n’abandonnerons jamais le combat » est-il affirmé en dernier.

Pour rappel, L’association des souscripteurs AADL 2001-2002 a organisé plusieurs actions de protestation afin d’interpeler les autorités, mais pour le moment « aucun organisme ou administration ne veut écouter nos doléances » expliquent les souscripteurs. Nous avons essayé d’avoir la version de la wilaya, mais toutes nous tentatives sont restées sans suite.



Commentaires