Home Actualité du logement en Algérie Cession des biens de l'Etat et des OPGI en Algérie Oran : Cession des biens de l’OPGI: Plus de 3.500 dossiers traités sur près de 6.000 déposés

Oran : Cession des biens de l’OPGI: Plus de 3.500 dossiers traités sur près de 6.000 déposés

Oran : Cession des biens de l’OPGI: Plus de 3.500 dossiers traités sur près de 6.000 déposés

Dans le cadre des dispositions prises par l’Etat pour la cession de ses biens, des milliers de logements sociaux sont proposés à la vente par l’office de la promotion de la gestion immobilière d’Oran. Près de 6.000 dossiers ont été déposées dont près de 3.500 éligibles ont été traités, dans le cadre de la dernière campagne qui s’étale jusqu’à la fin de l’année. L’Etat a décidé d’accorder beaucoup d’avantages et des facilités pour les locataires qui veulent acquérir les logements appartenant aux OPGI. Malgré son prix bas en comparaison avec les prix pratiqués, il demeure hors de portée de nombreuses familles. L’OPGi détient un patrimoine immobilier de près de 36.000 unités entre appartements et locaux commerciaux, dont 90% est loué. Il convient de souligner, par ailleurs, que toute personne physique qui occupe régulièrement un bien immobilier de l’Etat ou de l’OPGI, qu’il s’agisse d’habitation, d’un local commercial, artisanal ou professionnel, peut demander l’achat du bien en question dans le cadre de la formule «cession des biens de l’Etat». «Les biens immobiliers sont cédés à leurs occupants légaux, personnes physiques de nationalité algérienne ou morales de droit algérien, sur la base de leur valeur vénale», stipule le décret signé par l’ex Premier ministre Ahmed Ouyahia. Les paramètres de détermination de la valeur vénale desdits biens «sont fixés par arrêté conjoint des ministres chargés des Collectivités locales, des Finances et de l’Habitat».

Les logements réalisés pour le fonctionnement des services et organismes publics de l’État, les biens immobiliers classés ou en instance de classement dans le patrimoine culturel, les biens immobiliers appartenant aux collectivités locales ainsi que les biens immobiliers menaçant ruine sont cependant exclus du champ d’application du décret.

 

SOurce : Le quotidien d’oran

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here