L’Office de Promotion et de Gestion immobilière de la wilaya d’Oran vient d’adresser des mises en demeures, avant la résiliation de contrat aux chefs d’entreprise détenteurs de projets de réalisation de logements sociaux aux niveaux de l’ensemble des communes de la wilaya d’Oran, accusant d’énormes retards dans les délais de réalisation.
De ce fait que bon nombre de chantiers sont en souffrance à travers le territoire de la wilaya, ce qui a d’ailleurs poussé les services de contrôle et de suivi de l’office à prendre des décisions fermes notamment des mises en demeure qui ont été adressées à ces entreprises défaillantes, avant la résiliation des contrats pour des motifs de lenteur d’avancement des travaux de réalisation et non respect des clauses du cahier des charges en raison des chantiers qui avancent à pas de tortue. Dans la seule localité de Haï Chahid Mahmoud (douar Boudjemaa), l’Office a mis en demeure trois entrepreneurs défaillants qui ont été instruits de relancer les travaux, en renforçant les chantiers à la traine en moyens matériels et humains. Un ultimatum de dix jours a été accordé aux entrepreneurs défaillants, faute de quoi, l’Office devra recourir à des mesures coercitives. Dans certains chantiers à la traine, à l’exemple du quota 52/100 logements, le taux d’avancement physique des travaux est de seulement 7%, alors que dans d’autres, il est estimé à 75%. L’Office a également exigé l’installation d’une équipe pour chaque bloc et la prolongation des horaires de travail dans les chantiers en souffrance. L’Office a, notamment, mis en demeure certaines entreprises défaillantes pour achever les travaux de RAR (Reste à Réaliser) en Tous Corps d’Etat (TCE) des logements publics en souffrance. Les entrepreneurs épinglés pour non-respect des échéances légales, ont été pressés de renforcer le chantier avec des moyens matériels et humains, d’améliorer la qualité des travaux et des matériaux utilisés, de finaliser les dernières retouches (peinture, aménagements extérieurs…) et de renforcer le personnel par un nombre en conséquence de travailleurs dans les blocs en souffrance pour l’attribution de ces logements dans les plus brefs délais. Ces mises en demeure ont été adressées par la Direction de l’Office suite au constat, sur le terrain par les contrôleurs, des retards et défaillances commises par ces entrepreneurs. Le contrevenant risque de lourdes sanctions, à commencer par la résiliation du contrat. Il pourra être inscrit sur une liste noire des services concernés par le secteur de l’urbanisme dans le but de l’exclure à l’avenir de toutes les soumissions pour la réalisation de marchés publics. L’OPGI espère achever les travaux de réalisation dans les chantiers en souffrance dans les prochains mois.

Source: Réflexion du 05/02/2019

Commentaires