Les travaux de réalisation de 9.400 logements publics locatifs (LPL) seront lancés fin avril ou début mai prochain à travers la wilaya d’Oran, a annoncé, hier, le directeur local du logement.

Cette tranche est la dernière du programme de logements du même type lancé au titre du plan quinquennal 2010-2014, qui est composé au total de plus de 41.000 unités et réalisé dans plusieurs régions de la wilaya avec des taux d’avancement de travaux variés, a indiqué M. Mohamed Merdjani à l’APS, en marge d’une visite d’inspection de différents projets de développement effectuée par les membres de l’exécutif de wilaya. Les études liées à la concrétisation de ce dernier quota ont été élaborées et les procédures entamées, notamment le choix des terrains et la désignation des entreprises de réalisation, a-t-il ajouté, soulignant que le programme, dont les premières tranches seront livrées en 2015, connaît un rythme de réalisation «appréciable». Les membres de l’exécutif ont visité plusieurs chantiers de projets de développement local, à savoir le chantier de réalisation de près de 17.000 unités de logements (LPL) qui s’inscrivent dans le cadre du même programme, dont le taux d’avancement des travaux a dépassé 30%. Dans le même site, ces responsables ont inspecté le chantier de réalisation d’un établissement scolaire du moyen. A l’occasion, ils ont suivi un exposé sur les projets d’équipements publics qui accompagneront cette nouvelle extension urbaine à l’est de la wilaya.

D’autres projets touchant les secteurs de l’hydraulique, de l’urbanisme et de l’éducation ont été inspectés lors de cette visite de travail dont le projet d’un lycée de 1.300 places pédagogiques dans la localité de Sidi El-Bachir relevant de la commune de Bir El-Djir.

Pour rappel, concernant le projet de la nouvelle ville, qui devra être édifiée à Misserghine, et en marge d’un conseil de l’exécutif tenu récemment, centré sur une évaluation de l’avancement des programmes sectoriels et PCD au titre du budget d’équipement de la wilaya pour l’exercice 2014, le wali d’Oran avait apporté quelques éclaircissements sur le projet de la nouvelle ville d’Oran ou «le nouveau Pôle urbain d’Oran». Le wali a indiqué que «le dossier sera examiné prochainement par un comité interministériel dans le cadre de la procédure de distraction des terres agricoles (au profit des projets de développement). Ce comité comprend plusieurs ministères, tels que l’Habitat et l’Agriculture. Après quoi, le dossier sera soumis aux soins du Conseil du gouvernement».

Il est utile de noter, à ce propos, que la distraction des terres agricoles au profit des projets de développement se fait, depuis quelques années, par décret. A chaque fois qu’on a besoin de distraire une terre, on passe systématiquement par le gouvernement. La loi d’orientation agricole de 2008 et celle portant sur l’exploitation des terres du domaine privé de l’Etat de 2010 avaient fixé le cadre dans lequel les terres «à faibles potentialités agricoles» peuvent être utilisées pour la réalisation des projets d’équipements publics et des constructions. Cela a pour finalité de limiter au maximum les distractions inutiles ou les distractions des terres à fortes potentialités agricoles, c’est-à-dire «la rationalisation et la protection des terres agricoles». Le wali avait livré une autre donnée importante : la superficie sur laquelle sera édifié ce nouveau Pôle urbain est de l’ordre de 1.400 ha, sachant que le site retenu est situé à califourchon entre Aïn El-Beïda (commune d’Es-Sénia) et Misserghine. Donc, la consistance du foncier réservé par les autorités locales à ce projet structurant est presque la même qui était prévue initialement, lorsque le projet était localisé à Oued Tlélat, avant sa délocalisation en raison de la haute valeur agricole de cette zone et des investissements importants qui y ont été faits, notamment en matière d’irrigation avec le mégaprojet d’aménagement du périmètre de la plaine de M’lata (plus de 5.100 ha).

Le chef de l’exécutif local a indiqué, d’autre part, que l’étude pour l’amenée des «réseaux primaires» a été déjà ficelée, avec l’élaboration d’un devis estimatif, des fiches techniques pour les branchements aux différents réseaux, comme ceux du gaz de ville, de l’eau potable, de l’assainissement et de l’électricité. Il a rappelé, au passage, que dans le cadre de l’élaboration du dossier de ce projet structurant, plusieurs actions ont été menées, dont des sorties effectuées sur le site en présence des représentants des ministères concernés. Projeté dans l’idée d’organiser la croissance de la métropole d’Oran, le nouveau Pôle urbain d’Oran fait partie d’un ambitieux plan national, portant sur la création de quatre nouvelles villes, dans le cadre d’une politique nationale, avec une vocation d’aménagement du territoire. A l’instar des autres futures villes planifiées, celle d’Oran repose sur trois idées-forces : le polycentrisme, la lutte contre les grands ensembles et la recherche de la mixité sociale.

Source: le Quotidien d’Oran