C’est le désarroi parmi les postulants au logement LSP à la cité ‘Deira Mostefa’ plus connu sous le nom d’ ‘El Ogla’, commune de Ben M’Hidi, dans la wilaya d’El Tarf, à cause du retard qu’accuse le programme des 50 logements, lancé en 2009 et dont les travaux piétinent encore, avoisinant à peine un taux d’avancement de 60%. Situation qui a contraint les concernés qui se sont, faut-il le rappeler, acquittés de tous leurs dus au promoteur, à saisir par une longue missive les responsables concernés dont le wali et remise aussi à la presse, sur ce retard qui n’a que trop durer, les pénalisant au plus haut point, dans la mesure où ils ne peuvent plus supporter un loyer, constamment en hausse, les charges et parfois des dettes qu’il faut honorer. L’un d’entre eux, dira que le promoteur vous presse de payer mais en contrepartie il n’honore pas ses engagements dans la livraison du projet. Leur souhait, le plus ardent, est de disposer de leurs logements, dans les plus brefs délais. Chose, que ne peut faire que les pouvoirs publics pour faire avancer les choses. En ce sens, le DLEP vient de convoquer, individuellement, les promoteurs ayant fait l’objet de plaintes sur ce retard, que ce soit à Dréan, Ben M’Hidi, El Tarf et El Kala. Il en va ainsi de ces promoteurs à travers tout le territoire de la wilaya devant réaliser des logements, dans le cadre du LSP, remontant à 2002 non encore achevés comme c’est le cas à Dréan, d’autres en 2004 et la liste est longue avec comme conséquence la justice pour trancher sur les litiges opposant le promoteur et les acquéreurs.

Enfin, unanimes, tous ceux qui ont pu accéder à leurs logements, au terme d’une longue attente, vous diront que les travaux sont de piètre qualité, présentent des malfaçons multiples, nécessitant encore beaucoup d’argent afin de leur donner un semblant aspect de mai

Source: le Quotidien d’Oran