Le calvaire des 400 souscripteurs des logements AADL transférés en formule Cnep-Immo dans le site de Mezghiten dans la commune de Jijel se poursuit toujours.
Les souscripteurs ont tenu mardi un sit-in devant le siège de la Cnep de Jijel en signe de protestation contre leur situation qui traîne depuis plus de 17 ans en dépit des engagements du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville Abdelwahid Temmar lors de sa visite durant le mois de décembre dernier à Jijel.
Des engagements qui étaient de la poudre aux yeux aux malheureux souscripteurs lors d’une visite qui s’est déroulée sur un air de campagne . Il convient de rappeler que ce programme qui s’inscrit dans le cadre de l’AADL 1 dont les souscripteurs ont payé la première tranche en 2002 est une énigme car les services du département de Abdelwahid Temmar tergiversent dans la prise en charge de ce problème qui touche 400 familles «ce projet a connu de multiples arrêts et des résiliations avec certaines entreprises chargées de la réalisation de certains blocs, nous a confié, Sofiane souscripteur, enseignant de son état, ajoutant que ce projet a été transféré vers la formule Cnep-immo en vue d’accélérer sa réalisation mais en vain, en dépit des engagements des responsables locaux.
«Contre toute attente, la Direction régionale de Cnep-Immo dont le siège se trouve dans la wilaya de Béjaïa envisage de changer encore une fois la formule de ce logement qui était locationvente en formule logement promotionnel aidé (LPA). Pis, la directrice régionale de la Cnep de Béjaïa refuse de tenir une séance de travail avec les souscripteurs qui se sont constitués en une association, a souligné notre interlocuteur qui faute d’un logement , il est locataire chez un particulier au prix fort.
On apprend, par ailleurs, que le même responsable refuse de leur donner les ordres de versement et les décisions d’affectation de ces logements. «J’ai déposé mon dossier du temps où j’étais célibataire maintenant, j’ai un gosse qui passera son bac cette année, a pesté Omar. C’est une injustice», a-t-il souligné . Pour leur part, les autorités locales ferment la porte aux doléances de ces familles essentiellement des fonctionnaires et des enseignants.
Il convient de souligner que l’entreprise chargée de la réalisation d’une partie de ce projet est en contentieux avec L’AADL.
Il y a lieu de rappeler que les souscripteurs ont mené une série de mouvements de protestation et des sit-in devant le siège de la wilaya et l’antenne locale de la Cnep pour réclamer leurs droits mais en vain.
Rappelons que le ministre de l’Habitat , de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a annoncé l’octroi de 600 millions de dinars pour les travaux de viabilisation de ces logements dont l’achèvement n’est pas pour demain après dix-sept ans d’attente.
Un calvaire qui perdure au grand dam des centaines de familles.

Source: Le Soir d’Algérie du 04/03/2019

Commentaires