Les habitants de logements Cnep Immo des unités de voisinage 1, 10, 13, 17 et 18, de la nouvelle ville Ali Mendjeli, font face à des problèmes de défaillances en matière de gardiennage, d’entretien des installations électriques dans les cités et des cages d’escaliers, de manque de femme de ménage et se plaignent surtout du taux d’intérêt du crédit bancaire fixé à 5,75%.

C’est ce que nous a indiqué, dans l’après-midi du mardi dernier, le président de l’association des habitants en question, Taher Boulkout, à sa sortie d’une réunion avec le directeur régional de Cnep Immo, M. Naknak, en son siège de Daksi Abdesselem et où l’ensemble de ces points ont été soulevés pour la énième fois, dit-il. Selon notre interlocuteur, le problème du taux d’intérêt du prêt bancaire dont les habitants avaient bénéficié du temps où ils étaient entidien d’core souscripteurs, les échaude plus que de mesure. De même que sa fixation à 5,75% est injuste, arbitraire et contre ce que disent les textes en matière de logement, où le taux pour notre catégorie doit être seulement de 1%, fait-il savoir. Et de poursuivre qu’ « en tout cas et concernant ce point, le directeur régional de Cnep Immo a affirmé qu’il relève d’une décision du ministère des Finances et que de toutes les manières, il attend une réponse et dès qu’elle sera disponible, il l’informera en premier ». Et d’ajouter que le même responsable lui a demandé en tant que représentant de répercuter cette information aux habitants des cinq unités de voisinage ». Et de souligner le problème de l’entretien des parties communes (cage d’escaliers et entrée des bâtiments), du gardiennage et de l’entretien des équipements électriques (changement des lampes dans les escaliers et dans les environs immédiats des UV), qui ne se fait pas alors que « nous les payons chaque mois pas moins de 2.600 dinars, pour chacun de nous », note-t-il.

Le directeur, selon notre interlocuteur, a promis d’étudier la question, mais il conseillera aux concernés de continuer à payer les frais en question jusqu’à nouvel ordre, dira-t-il.

Source: le Quotidien d’Oran