“Le procès-verbal sera soumis à l’appréciation du Conseil national qui, en définitive, décidera de l’attitude à observer”, a indiqué le porte-parole du Cnapeste.

Le ministère de l’Éducation nationale et le Conseil national du personnel de l’enseignement du secteur ternaire (Cnapeste) finaliseront, aujourd’hui, le procès-verbal portant accord sur les négociations engagées entre les deux parties autour des revendications soulevées par le syndicat. “Normalement, aujourd’hui, nous allons finaliser les négociations avec le ministère de l’Éducation nationale. Il y aura un procès-verbal qui sera soumis à l’appréciation du Conseil national, qui, après évaluation, rendra sa décision finale quant à l’attitude à observer”, a indiqué le porte-parole du Cnapeste, Messaoud Boudiba, joint hier.
Pour autant, la signature de ce PV n’est pas synonyme de satisfaction de toutes les revendications soulevées lors des négociations, a ajouté M. Boudiba, qui a précisé que tous les points ont nécessité la mise en place d’un calendrier.
Il s’agit d’abord de ceux qui relèvent du ministère de l’Éducation nationale et qui sont liés à des dates. Car, jusqu’à aujourd’hui, seule la revendication portant sur la promotion des enseignants connaît une prise en charge réelle à travers la mise en place d’une commission mixte dont les travaux ont officiellement commencé mercredi dernier, pour prendre fin au plus tard le 31 mars. S’agissant de la concrétisation de cette revendication, la tutelle dispose de toute l’année 2018 pour le faire.
“D’autres revendications dont la satisfaction dépend du gouvernement ont également fait l’objet d’un calendrier, à l’instar des dossiers du logement, de la retraite et des œuvres sociales”, a révélé, en outre, notre interlocuteur, qui a fait état de correspondances qui auraient été adressées aux responsables des secteurs concernés afin d’obtenir leurs réponses aux demandes exprimées.
Interrogé si son syndicat était satisfait des réponses de la ministre de l’Éducation nationale à ses revendications, Messaoud Boudiba affirme : “Pas vraiment. Mais nous sommes obligés, quand nous nous réunissons autour d’une table de négociations, de finaliser le procès-verbal sur les points, objet d’accords.”
S’agissant, en outre, de la question de la réintégration des enseignants grévistes, qui avait pesé dans les négociations, le porte-parole du Cnapeste a indiqué que “tous les enseignants ayant fait l’objet de licenciement ont été réintégrés à Blida, hormis les nouveaux enseignants, ayant réussi dernièrement au concours de recrutement, mais dont les contrats ont été annulés, mais qui disposeront de leurs contrats dans les meilleurs délais”.
Cependant, la ponction sur salaire reste problématique. Le porte-parole du Cnapeste a rappelé que “lors de notre grève, nous avions revendiqué l’annulation des procédures illégales adoptées pour la ponction sur les salaires. Défalquer tous les jours de grève en un seul mois, ce n’est pas légal du point de vue réglementaire”. “Ainsi, ce qui a eu lieu au mois de mars où les enseignants ont reçu zéro DA n’est pas normal”, a-t-il ajouté, en soulignant “un ressentiment à l’égard des enseignants”.

source:Liberté

Commentaires