Déboutés par la justice après avoir porté plainte contre l’Agence foncière de Biskra qu’ils accusent de leur avoir vendu des logements neufs non seulement défectueux et truffés de malfaçons, mais aussi d’avoir modifié la formule de LPA en celle de LPL, un groupe d’acquéreurs d’appartements de la cité des 280 Logements, érigés dans le prolongement de haï Darnouni, en bordure de la route principale de la cité d’El courses, se sont rassemblés, dimanche matin, devant le siège de la cour de justice de Biskra afin de demander une audience au président de cette institution et lui exposer de vive voix le fond de l’affaire.

«On nous a grugés en nous vendant des appartements à 7 millions de dinars nécessitant pour être occupés au moins 500 000 dinars de travaux supplémentaires.

Sans explications, de logements promotionnels aidés, le promoteur immobilier a décidé d’inclure ces logements dans la catégorie des logements promotionnels libres, un changement de statut que nous refusons catégoriquement du fait que cette nouvelle cité comporte un nombre d’anomalies urbanistiques flagrantes», a souligné un des concernés. «Nous allons nous pourvoir en cassation et nous ne signerons pas les actes de propriété et d’attribution chez les notaires tant que des solutions ne nous seront pas proposées», a ajouté un autre acquéreur à l’issue d’une rencontre avec un magistrat de la cour de justice.

Ce magistrat leur a expliqué les démarches légales à entreprendre pour faire valoir leurs droits qu’ils estiment «bafoués et méprisés» par un organisme public «dont la mission est l’amélioration des conditions d’habitat de la population, mais pas de la faire souffrir», notent-ils avec amertume.

 

Source : Elwatan