Les travaux de réalisation du projet ‘Batigec’ des 1.000 logements LPA patinent, au grand dam des souscripteurs qui ont tenu à exprimer leur colère contre le promoteur, parlant de promesses vaines depuis plus d’une année. Hier, les concernés étaient, donc, très nombreux à observer un énième sit-in devant le siège du cabinet du wali pour dénoncer le manque de sérieux du promoteur dans la réalisation de ce projet, sis à l’Unité de voisinage n°15 (UV 15), nouvelle ville Ali Mendjeli.

Avec un délai initial fixant la réalisation des 1.000 logements en question de 30 mois, le projet traîne, ainsi, depuis l’année 2012, date de son lancement, et le taux de réalisation atteint à peine les 60 %, aujourd’hui, lancent des souscripteurs avec dépit. Soulignant que le chantier avance à allure de tortue, donnant tout juste l’impression que les travaux sont en cours, alors qu’en réalité on ne fait que déplacer une pierre ou deux par jour, raillent nos interlocuteurs. « La plupart des souscripteurs ont payé jusqu’au dernier sous leurs logements, et ils se trouvent actuellement en train de régler les frais bancaires afférents aux

prêts empochés par le promoteur et à payer le prix de la location chez des particuliers, puisqu’il faut bien loger quelque part, en attendant ces clés qui ne pointent pas à l’horizon », se sont lamentés des souscripteurs rencontrés, hier, devant le cabinet du wali. « Nous sommes assommés par ces dépenses, on n’arrive plus à joindre les deux bouts », dira l’un d’eux avec un long soupir qui en dit long sur leurs souffrances.

C’est le rêve qui se transforme en cauchemar, lance un autre souscripteur qui exige des autorités un peu plus d’attention envers les souscripteurs.

Ces derniers rappellent que de nombreux rassemblements ont été organisés, dont l’un devant le ministère de l’habitat, pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur le naufrage d’un millier de familles, sans aucun résultat palpable, jusque-là. « Nous avons été reçus par le directeur général du logement auprès du ministère et un directeur central.

Et après discussions, le responsable du ministère a décidé de dépêcher une commission d’enquête sur le site, au mois de septembre de l’année dernière. Effectivement, cette commission est venue sur site et nous nous sommes réunis avec ses membres pour sortir avec un PV contenant plusieurs points, notamment l’injection dans le projet 150 millions de DA (15 milliards de centimes) pour faire avancer les travaux, mais tous ces points sont restés lettre morte », indiquent nos interlocuteurs. Hier, encore, les souscripteurs qui souhaitaient voir le wali n’ont pas pu le rencontrer, ce dernier étant en congé, et ils se sont dispersés habités par les mêmes inquiétudes. « Nous envisageons d’aller régler ce problème devant le tribunal et demander des dommages et intérêts pour tout le tort qui nous a été causé », ont conclu des souscripteurs.

 

Source : Le quotidien d’oran du 20.08.2019