Plus de 200 souscripteurs aux programmes 502 logements LSP «Omni bat» de Ain Nahas, et 292 logements LSP «Promo bat», situés à «Massinissa 3», ont tenu, hier, un sit-in devant le cabinet du wali pour protester contre les lenteurs des travaux de réalisation des projets en question, qui datent de 2002, pour le premier, et 2004 pour le second, et exiger une accélération de la construction desdits logements qui ne sont achevés qu’à près de 35%.

Selon le vice-président de l’association ‘Omni bat’, Braik Mohamed, «le projet des 502 logements socio participatif (LSP) auquel nous nous somme portés acquéreurs comprend des F4 et des F3, dont les coûts sont respectivement de 145 et 130 millions de centimes l’unité. Beaucoup d’entre nous ont réglé les sommes qu’il faut, intégralement, pendant que d’autres sont en train de les régler par tranches, sachant que chacun de nous a droit à une aide de la CNL de 50 millions, qui est délivrée par tranche et au fur et à mesure de l’avancement des travaux», ajoutera-t-il. «Le lancement du projet date de 2002 avec des promesses de réalisation, dans un délai de 24 mois et une remise des clés, juste après», indique-t-il.

Et de poursuivre, «nous sommes, aujourd’hui, à la fin 2013 et le projet n’est, malheureusement, achevé qu’à près de 35%. Nombreux sont ceux, parmi les souscripteurs, qui commencent à douter qu’un jour ils vont entrer en possession de leurs appartements», se lamente-t-on.

Ajoutant, dans ce sillage, que «les souscripteurs refusent d’attendre, encore, plus longtemps et veulent le dire fortement par le biais de ce sit-in, notamment alerter le wali sur notre situation et lui demander d’intervenir pour faire revenir le promoteur à de meilleurs sentiment et accélérer le rythme des travaux». D’ailleurs, ajoutera-t-il, «nous allons saisir, officiellement le ministre de l’Habitat et même le Premier ministre pour arrêter ce scandale».

Les protestataires du projet ‘Promo bat’ de «Massinissa 3», qui concerne la réalisation de 292 logements, affirmeront, pour leur part, «vivre le même cauchemar, sinon pire». Et d’indiquer, que «leur projet a démarré en 2004 et ce, après y avoir souscrit et tout réglé en 2003, mais depuis, seuls les travaux de 60 logements ont été lancés, 40 autres qui le seront prochainement, alors qu’ils ne disposent pas d’autres informations sur le reste. Abandonnés ou maintenus ? Mystère et boule de gomme», lanceront-ils, dépités.

Dans l’après-midi, les protestataires, refusant de se disperser, étaient toujours rassemblés devant le cabinet attendant le retour du wali d’une réunion avec son exécutif, au siège de la wilaya, à Daksi.

 

Source : Le Quotidien d’Oran du 29.12.2013

Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site