Que se passe-t-il en matière de logement à Souk El Had, une commune située à 20 km au sud-est de la wilaya de Boumerdès ? Les retards s’accumulent et les citoyens ne savent plus à qui s’adresser.

Le projet des 50 logements LSP censés être livrés depuis belle lurette après son démarrage en 2013 n’est pas sorti du sol. A peine les fondations entamées, elles ont été abandonnées, d’abord en raison d’un problème de foncier, puis administratif, et, pour couronner le tout, les contraintes financières et l’arrêt du chantier. Pourtant, les habitations attendues sont destinées à lutter contre l’habitat précaire.

Il s’agit du relogement des familles du centre de torture Gautier, tristement célèbre durant la guerre de Libération pour avoir servi comme camp de concentration. Sa récupération permettra sa transformation en musée ou en site historique en hommage aux martyrs qui y ont subi les pires vicissitudes. Mais aux dernières nouvelles, «le projet en est encore au même stade». La commune a bénéficié d’un programme de 248 logements en 2007, mais 64 unités ne sont pas encore réalisées. Le projet traîne depuis plus de cinq ans.

Selon le P/APC, Nassi Boualem, «l’OPGI parle de surcoûts et de réévaluations du projet depuis 2016. Elle prétend qu’il y a inscription, mais que l’enveloppe financière n’a pas encore été réceptionnée». Le P/APC dit ignorer les raisons exactes de ce blocage qui a trop duré, ajoutant avoir enregistré plus de 1000 demandes de logement. «Le chantier a été confié au début à une entreprise chinoise.

Cette dernière a quitté les lieux suite à un attentat terroriste en 2010. Le wali a engagé une autre société, qui a achevé 184 logements en 2012», indique-t-il. La commune de Souk El Had a également bénéficié d’un programme complémentaire de 100 logements sociaux locatifs pour lesquels le choix du terrain a été fait.

Les retards enregistrés, par ailleurs, dans le programme de l’habitat rural, n’ont fait qu’accentuer cette crise. À l’APC, près de 500 demandes sont en attente. Depuis 2012, seul un programme de 184 logements a été achevé, ce qui est insignifiant comparé à la demande.

Source: El Watan du 17/04/2019