Constantine : Les souscripteurs au projet de 200 logements LPA, situé à Ain Nahass, dont le promoteur est en prison, de même que les « exclus » de la liste des 1.500 bénéficiaires de logements sociaux de Békira, dans la commune de Hamma Bouziane, se sont rassemblés, hier, devant le cabinet du wali, sollicitant une intervention rapide du premier responsable de la wilaya pour trouver solution

à leurs problèmes. C’est ce que font savoir les souscripteurs aux 200 logements LPA de Ain Nahass, dont le représentant, Moncef, déclare que les familles concernées n’en peuvent plus de supporter la situation pénible qu’elles endurent depuis 2011, date de lancement des travaux. Malheureusement et malgré toutes ces années, dit-il, ces derniers ne sont qu’à 5% de réalisation, en plus le chantier est totalement à l’arrêt et le promoteur est actuellement en prison. Et d’avouer « nous sommes perturbés par tous ces développements, ne sachant pas à quel saint nous vouer. Le directeur du Logement nous a déclaré texto, qu’il ne peut rien faire et c’est pourquoi nous sommes ici pour voir le wali, qui reste notre seul espoir et nous lui demandons d’intervenir en faveur d’une solution à notre cas ». Et de souligner que « c’est la daïra d’El Khroub qui nous a imposé ce promoteur, que nous n’avons pas choisi et qui nous a fait payer 70 millions de centimes chacun ». Dans le même registre du logement, mais concernant le social, les 119 exclus de la liste des bénéficiaires de 1.500 unités de Békira, expliquent qu’ils se sont retrouvés dans cette situation suite à des recours de dénonciations « infondées » de la part de citoyens. « A la daïra, on nous a dit que notre exclusion est provisoire, dans le sens où nous pouvons réintégrer la liste des bénéficiaires à condition, cependant, de fournir des papiers officiels de la direction du Logement et de l’Agence foncière, prouvant qu’on a bénéficié ni de logement ni de terrain à bâtir auparavant. Ce que nous n’avons pas tardé à faire et présenté aux services concernés de la daïra, mais cela fait plus de 10 mois, maintenant, que nous attendons en vain une réponse en faveur de notre réhabilitation ».

Le chef de cabinet, qui a reçu les deux groupes de protestataires a proposé au 1er de fractionner et distribuer les 200 logements sur d’autres promoteurs, ou carrément désigner un seul promoteur. Et de promettre une réponse pour bientôt aux exclus de Békira.

Source : Le quotidien d’oran du 24.09.2019