Pour cette nouvelle version de la formule, ils n’auront aucun contact “financier” avec les souscripteurs.

La réunion dédiée au logement promotionnel aidé dans sa nouvelle formule, tenue à la fin de la semaine dernière au siège de la wilaya, a été une occasion pour le secrétaire général de la wilaya, Lounès Bouzegza, de communiquer la liste des 26 entreprises, dont deux publiques, choisies parmi les 450 participantes pour la réalisation d’un quota de 1000 unités octroyées à la wilaya de Sétif. Le représentant du wali a indiqué que les promoteurs défaillants ont été écartés de la course et ne bénéficieront plus de la réalisation des différents programmes de l’État. Il a par ailleurs rappelé que la décision a été prise par une commission composée de plusieurs responsables de la wilaya. “L’entreprise qui a montré sa défaillance sur le terrain et son incapacité à terminer la réalisation des projets qui lui ont été attribués dans le passé et qui n’a pas honoré ses engagements envers les souscripteurs ne fera plus partie des promoteurs qui auront la charge de réaliser les programmes de la wilaya”, dira M. Bouzegza. Et d’ajouter : “Il est inadmissible qu’on assiste chaque jour, devant le siège de la wilaya, à des protestations des souscripteurs qui se plaignent du retard et des défaillances des promoteurs ayant eu la charge de réaliser des logements dans le cadre des différents programmes de l’État.” Le deuxième responsable de la wilaya de Sétif a aussi indiqué qu’outre les autres critères fixés par la loi dont la qualification, la condition sine qua non est le respect des engagements et délais de réalisation, car aucun retard n’est toléré. “Il y a des entreprises qui ne méritent même pas le nom de promoteur qui ont mis 7 ou 8 ans pour réaliser des logements. Nous n’accepterons plus cette situation et ce genre de pratique. Celui qui est incapable doit rester loin des programmes du gouvernement”, dira le responsable. Par ailleurs, il a été rappelé que pour cette nouvelle version de la formule LPA, les promoteurs n’auront aucun contact “financier” avec les souscripteurs. “Le volet inhérent au montage financer sera des prérogatives de la CNL (Caisse nationale du logement). C’est la CNL qui s’occupera désormais des finances et qui aura la charge de payer le promoteur par tranches selon l’avancement des travaux. Même l’apport du bénéficiaire sera versé à la caisse”, dira M. Bouzegza, qui a laissé entendre que cette procédure permettra d’éviter les dessous de table. La réalisation d’un logement témoin selon les caractéristiques précisées dans le cahier des charges est aussi une nouveauté de la nouvelle version de la formule. “Avant d’entamer la finition des logements, vous devez présenter ce que vous allez réaliser dès la fin de l’ossature, voire la structure du premier bloc. Vous ne pouvez commencer qu’après aval d’une commission technique qui passera valider ou non, dans un procès-verbal, la qualité de la réalisation et des matériaux utilisés dans le logement”, dira le directeur du logement de la wilaya de Sétif. Il est à noter que l’élaboration des listes des bénéficiaires a été achevée et il ne reste que, vu le grand nombre de postulants ayant déposé des dossiers de souscription, les listes des daïras de Sétif et d’El-Eulma qui seront, selon le SG, remises avant la fin du mois de février en cours. Les travaux seront entamés durant le mois de mars prochain.

Source: Liberté du 03/02/2019