Des souscripteurs du LSP inscrits dans le projet des 90 logements UB4 saisissent le ministre du Logement et le wali de Sidi Bel-Abbès pour dénoncer les agissements du promoteur qui exige

un supplément financier de 45 millions de centimes.

Les acquéreurs affirment dans leur requête que le promoteur a transgressé les articles de l’acte de propriété dont ils sont en possession. Selon les termes de l’article 5, il est clairement établi que le coût du logement ne saurait dépasser les 260 millions de centimes avec l’aide de l’Etat. Alors que les souscripteurs s’attendaient à être indemnisés sur le retard enregistré dans la livraison des logements comme il est stipulé sur les actes de propriété enregistrés chez un notaire, ils ont buté sur cette exigence qui les a laissés perplexes. C’est pour cette raison qu’ils ont eu recours aux autorités pour un éventuel arbitrage. De son côté, le promoteur en l’occurrence l’entreprise « Tidjini » que nous avons contacté a remis en cause les actes de propriété que les souscripteurs détiennent. «C’est une vente sur plan et un acte de propriété provisoire que les souscripteurs détiennent», nous signifia le patron de cette entreprise en ajoutant que le programme de ce projet a été réalisé selon les cahiers des charges du LPA. Ce qui veut dire en d’autres termes selon le promoteur que des matériaux plus cher sont rentrés dans la réalisation de ces logements en vue de l’amélioration du cadre de vie. Manifestement les arguments du promoteur ne semblent pas convaincre les acquéreurs du fait qu’ils estiment ne pas adhérer par un quelconque document qui stipule le transfert de leurs logements de la formule LSP à celle de LPA. Ce qu’ils revendiquent c’est l’acquisition d’un logement qui puisse abriter leurs familles dans la dignité. Un logement qu’ils peinent à habiter en dépit du paiement de la totalité de son coût prévu dans les clauses du contrat.

 

Source : Lequotidien d’oran