Le projet des 600 LPA (Logement promotionnel aidé), qui devait voir le jour à Koléa (Tipasa), avait fait l’objet de mensonges. Ce projet en question est inscrit dans le programme de logements 2010-2014.

A ce jour, il est toujours invisible. Les ménages avaient versé la première tranche qui s’élève à 800 000, 00 DA (quatre-vingt millions de centimes) depuis presque une décennie. Ils espéraient acquérir un toit dans des délais respectables. Or, les autorités locales avaient menti et dérouté les souscripteurs à travers leurs fausses promesses.

Ce dossier des 600 LPA était géré dans un premier temps par l’OPGI, qui avait encaissé les centaines de millions versés par les citoyens, avant d’être transféré à Badr Iskane, avant de revenir à l’OPGI de Tipasa. Moult sites avaient été choisis dans le territoire de la commune de Bou Ismaïl pour implanter le projet.

L’impatience commençait à gagner le moral des familles qui sont dans le désarroi. En cette année 2019, le choix a été porté sur une assiette foncière située sur la route allant de Bou Ismaïl à Chaïba. L’ex-ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, avait instruit à son époque les autorités de wilaya pour activer la réalisation de ce projet.

Ce n’était qu’un leurre, car il n’y avait aucun suivi sérieux pour achever les projets inscrits. Les contraintes sont nombreuses. Une ligne électrique traverse le terrain. Aucune étude n’est engagée pour ce projet dans ce nouveau terrain. Ce terrain, agricole autrefois, s’est «métamorphosé» pour devenir une décharge publique.

La terre agricole n’est plus exploitée par les fellahs. Il a été déclassé pour que le projet 600 LPA puisse enfin se concrétiser. L’appel à manifestation publique a suscité l’intérêt de six opérateurs. Après ces années passées, les familles s’interrogent sur l’avenir de ce projet qui a accusé un énorme retard dans la wilaya de Tipasa.

Un programme de plus de 10 000 logements qui relève de la wilaya d’Alger avait été implanté sur le territoire de la wilaya de Tipasa, au moment où cette même wilaya n’a pas trouvé de terrain pour réaliser son programme de logements. Etrange.

Selon un responsable contacté par nos soins, les familles qui veulent récupérer leur argent peuvent s’adresser à la direction de l’OPGI pour se faire rembourser. La conséquence de la défaillance et le retard enregistré avaient causé des dégâts chez les familles qui prétendaient acquérir l’un des 600 logements de type LPA dans les délais. Le cauchemar persiste pour les familles.

Source : Elwatan du 29.09.2019