El-Fedjoudj, à 7 km de Guelma et comptant plus de 9000 habitants, est confronté à un manque crucial de logements, selon les déclarations de plusieurs citoyens qui ont saisi l’opportunité offerte par la radio régionale pour exprimer leurs doléances aux autorités locales. Ils déplorent qu’un seul quota de 70 logements sociaux locatifs a été attribué il y a des années à leur commune qui a enregistré plus de 500 demandes émanant de familles vivant dans des conditions déplorables. Certains protestataires affirment que leur attente a perduré et leur calvaire se déroule dans l’indifférence totale et ce, en dépit de leurs multiples réclamations légitimes. D’autre part, El-Fedjoudj, commune rurale et à vocation agricole, abrite une vingtaine de mechtas éparses où résident des fellahs et leurs familles qui ont regagné leurs terres pour s’adonner aux cultures céréalières et maraîchères, à l’élevage et à l’aviculture.
Ces derniers sont handicapés par le manque flagrant de logements ruraux, et selon le président de l’APC, seules 30 aides à ces logements ont été consenties sur un millier de dossiers. Il a souligné que 30 logements sociaux avaient déjà été attribués à leurs bénéficiaires, et les 40 autres sont en voie d’achèvement. De toute évidence, l’habitat, principale préoccupation citoyenne, accuse un retard certain, au grand dam des autochtones.

Source: Liberté du 18/03/2019