La commune d’El Tarf est en effervescence, ces jours-ci, à cause du sempiternel et récurrent problème du logement et ses innombrables conséquences, pouvant être néfastes pour l’image même de l’administration locale.
De fait, le chef de daïra, M. Abdelmalek Makhloufi, qui s’est prêté volontiers aux questions du Soir d’Algérie a affirmé que « nous avons au cours de la semaine reçu au niveau de la daïra des représentants des citoyens (une centaine) qui ont organisé un sit-in devant le siège de la commune, revendiquant la distribution des logements. Je leur avais expliqué, dans les moindres détails, que l’ensemble de leurs doléances seront prises en charge dans le cadre des lois de la République. Puis, la délégation a été reçue, le jour même, par le wali, en ma présence et celle du P/APC d’El Tarf.
Le wali a expliqué aux personnes présentes à cette réunion impromptue que des brigades vont entamer, incessamment, le travail des enquêtes préliminaires et que des citoyens volontaires peuvent les aider dans leur travail, et ce, sans s’incruster dans le contenu des enquêtes. Des listes des bénéficiaires seront établies et même des réaffectations seront établies, selon le taux de réalisation du logement».
Interrogé sur la problématique ayant trait au fait que des personnes malintentionnées peuvent utiliser leurs aides proposées à des fins personnel et de marchandage avec des familles vivant dans la précarité, le commis de l’Etat a été catégorique en martelant que «certes, actuellement, nous disposons d’une seule brigade. Nous sommes en cours de finalisation des procédures administratives pour mettre sur pied deux autres brigades d’enquête, lesquelles vont prêter serment, incessamment.
Ainsi, trois brigades seront mobilisées pour achever le travail dans les meilleures conditions et délais. Je m’engage en tant que président de la commission de distribution de logement de daïra à ce que les listes seront apurées de tous les opportunistes et potentiels indus bénéficiaires. Je cumule 32 ans dans les rouages de l’administration et je suis connu pour ma neutralité et ma probité». Concernant la circulation de l’information pour ce genre d’opération, afin de limiter les surenchères et autres explications farfelues et à dessein, le chef de daïra a signalé que «nous recevons chaque jour des citoyens mécontents à qui nous leur expliquons le travail des brigades et notre démarche administrative. Les portes du siège de la daïra sont grandes ouvertes dès lors que nous sommes de ceux qui croient dur comme fer du devoir de la consolidation et de la pérennité des institutions de l’Etat. Nous n’avons pas d’autres pays de rechange».

Source: le Soir d’Algérie du 10/04/2019