Des demandeurs de logements sociaux dans la commune de Khenchela ont observé, jeudi, un sit-in devant le siège de la wilaya pour exiger leur distribution. Ils sont des dizaines de jeunes célibataires ayant bénéficié en 2014 de logements, mais seulement sur papier.

Les protestataires se disent inquiets que la décision de préaffectation, dont ils ont bénéficié, ne soit que de la poudre aux yeux. Ils craignent d’être oubliés ou écartés des opérations de relogement auxquelles ils ouvrent droit. Le collectif des demandeurs de logements sociaux lance un appel aux autorités locales pour étudier sérieusement leurs cas. A cette époque, le 22 juin 2014, une liste de 5 803 noms a été affichée au profit de 3 803 bénéficiaires de logements sociaux, dont 2000 unités ont été distribuées avant même d’être construites.

Le but était d’acheter la paix sociale, et aussi pour cacher les manipulations ayant entouré le premier quota dans la même liste, où les noms des bénéficiaires ont été affichés il y a plus de cinq ans, alors que les promesses ont été données pour une période allant de 6 mois à une année. «C’était une résolution partiale et inutile adoptée par l’ex-wali de Khenchela, Djelloul Boukarabila, ce qui a causé tant de troubles pour deux walis désignés après lui», a révélé un responsable local. L’actuel wali, Kamel Nouicer, a critiqué cette procédure de distribution à l’avance des logements, qui a causé d’énormes problèmes pour l’administration. Mais il a confirmé que «l’administration est obligée de respecter ces promesses».

Un autre mouvement de protestation a été enregistré récemment dans la wilaya, où des dizaines de citoyens ont entamé une grève de la faim devant le siège de la wilaya pour réclamer des logements.

Source: El Watan du 30/03/2019