Plus de 40.000 souscripteurs à la formule LPP (logements promotionnels publics) menacent de boycotter la réception des logements. C’est qu’a annoncé, Mercredi , à Alger, le président de la Coordination nationale des souscripteurs LPP relevant de l’Association pour la protection et l’Orientation du Consommateur et son Environnement (APOCE). Lors d’une conférence de presse, tenue hier, Reda Mellat a fait savoir que 95 % des souscripteurs adhérent à cette proposition selon un sondage effectué sur le page Facebook de la coordination. Le ministère de l’Habitat et l’Entreprise nationale de la promotion immobilière (ENPI) maître d’ouvrage a devant lui dix jours à partir de la date d’hier pour ouvrir les canaux de dialogue dans l’espoir de trouver issue à cette crise.

La coordination a pour charge le suivi du dossier ouvert en 2013. Sept …après son lancement, les souscripteurs font face à de multiples problèmes relatifs à cette formule. Le conférencier a cité en premier lieu les prix des logements en question. Selon lui, ils restent excessivement chers   par rapport aux prix initiaux qui étaient de l’ordre de 45.000 Da pour le mètre carré. En 2019, le prix s’élève à presque 100.000 Da/ M2 hors taxe et frais de notaire. Il a rappelé que la formule LPP qui est la seule à ne pas bénéficier de l’aide de l’Etat ne voit toujours pas le bout du tunnel.

Le président de l’APOCE Mustapha Zebdi a déposé plainte pour obliger l’ENPI à établir des contrats préliminaires qui préciseront le lieu, la superficie, les prix, les délais de livraison. Pour sa part, l’avocat Djamel Touati, souscripteur et chargé des relations extérieures à l’OPOCE a annoncé qu’a partir de la semaine prochaine, un comité d’experts sera chargé d’identifier toutes les anomalies dans les constructions ainsi que les prix réels des logements selon les régions.   Touati a jugé inacceptable qu’un appartement à Adrar coûte le même prix qu’à Alger, soit 1,2 milliard de centimes.   Selon lui, l’ENPI n’a pas respecté ses engagements que ce soit pour les délais de livraison et la qualité. Une situation qui poussé les souscripteurs à se désister à cause de plusieurs anomalies.

Pour le chargé de communication de la coordination Akli Belhocine, la plupart des logements réceptionnés sont dans un état lamentable. Des appartements qui présentent un danger pour la sécurité des citoyens. «  Des escaliers qui sont sensés être réalisés en béton s’effritent », s’indigne-t-il. « Ce sont des logements qui n’ont rien avoir avec le promotionnel », a-t-il ajouté.

En plus de ces anomalies, la formule LPP enregistre un retard dans la dans la livraison. Il fait savoir que plusieurs chantiers sont l’arrêt notamment à Alger (Rouïba et Ain Benian) pour des raisons financières.

La coordination qui compte 2.000 adhérents a été créé pour est faire pression sur l’entreprise nationale de la promotion immobilière de cette nouvelle organisation est de faire pression sur les autorités afin que la cadence de réalisation des différents projets soit accélérée.

Samira Belabed

Source : Horizons