La cadence de réalisation des divers programmes de logements n’a pas été impactée par les conditions financières du pays.
M. Kebci –Alger (Le Soir) – Notamment, le segment de logements publics locatifs, estimait, hier mardi, le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville. Abdelouahid Temmar, qui intervenait, au Conseil de la Nation à l’occasion d’une journée parlementaire dédiée à la «politique de logement, urbanisme et ville : bilan et perspectives», a affirmé, au contraire, que cette formule a enregistré un bond quantitatif de par les programmes inscrits et engagés, faisant part de budgets colossaux mobilisés, tous puisés du trésor public.
Et d’estimer le coût d’un seul logement public locatif à 6 millions de dinars dont seulement 2 millions de dinars sont à la charge du bénéficiaire qui s’en acquittera sur 25 ans.
Le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville a, par ailleurs, mis les retards accusés dans la distribution des logements pourtant achevés, estimés à 200 000 unités, au fait que les aménagements extérieurs n’étaient pas encore effectués. Des travaux pour les besoins desquels une enveloppe de 60 milliards de dinars a été réservée.
Evoquant le programme du logement promotionnel public (LPP), Temmar a annoncé que plus de 20 000 souscripteurs parmi la diaspora algérienne à l’étranger, ont été enregistrés depuis l’ouverture de l’opération d’inscription, dont, selon le ministre, près de 11 500 souscripteurs ont déjà choisi le site pour bénéficier de leurs logements LPP à travers l’ensemble des wilayas du pays Le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville a, par ailleurs, relevé l’importance des avancées réalisées dans le secteur de l’habitat, des avancées, ce qui a, selon lui, permis d’élargir le parc de logements qui compte actuellement 9.6 millions d’unités et de réduire le taux d’occupation des logements à 4,49 individus.
Un satisfecit qui ne dispense, cela dit, de davantage d’efforts surtout que, selon Temmar, le défi demeure, «important», celui d’encourager l’utilisation des matériaux de construction locaux et des énergies renouvelables, en sus de la modernisation du secteur et de l’adaptation des formules de logement aux spécificités de chaque région. Intervenant à l’ouverture de cette journée parlementaire, le président de la chambre haute du parlement a qualifié l’approche adoptée par l’Algérie dans le domaine de l’habitat de «judicieuse». Pour Abdelkader Bensalah, «les options accordées dans le domaine de l’habitat s’adaptent au développement enregistré dans le pays, particulièrement à la faveur de la création d’un cadre juridique et organisationnel efficace».
Et d’estimer que «l’évaluation générale du secteur établit que les réalisations accomplies sont très bonnes».

Source: le Soir d’Algérie du 20/02/2019