Il était 4h du matin lorsque trois familles, habitant le quartier populaire de Médiouni, à la rue Benouda Lahouari, se sont réveillées, vendredi dernier, sur le bruit de l’effondrement des murs de leurs habitations. «Au début, on a cru à un tremblement de terre mais après vérification, il s’est avéré que les murs de trois pièces ont cédé sous l’effet des travaux du chantier, du projet de trois immeubles de promotion immobilière qui est mitoyen aux habitations», assure un des habitants des lieux. Effrayées et terrifiées par l’effondrement en pleine nuit, les trois familles ont quitté leurs habitations pour s’installer dehors craignant que le reste des habitations ne s’effondre, mettant leur vie en danger. Sur les lieux, nous avons pu constater les dégâts causés. Des pièces entières ont été dépourvues de leurs murs laissant une vue libre sur les chantiers des trois immeubles. A l’intérieur des habitations, le risque d’effondrement est omniprésent à cause des fissures des murs et escaliers et déplacement des piliers. Rien ne tient sur de solides fondations. La moindre secousse risque de mettre toutes ces habitations en ruine. En réalité, elles sont six familles qui ont vu leurs maisons profondément touchées suite aux travaux entrepris pour la réalisation d’un projet de logements promotionnels a proximité de leurs habitations. Selon un des représentants de ces familles, «le danger nous guette depuis plus d’une année à cause des travaux. Nous vivons constamment avec les secousses provoquées par les vibrations des engins. Nos maisons ne tiennent plus du fait que le mur de soutènement que devait réaliser le promoteur immobilier n’a pas été fait. Conséquences, nos habitations tombent en ruine et nous nous sommes en réel danger de mort». Une mère de famille qui a dû quitter sa maison pour rester à l’abri de tout incident, nous dira, «j’étais dans la pièce où le mur s’est effondré. Nous nous sommes réveillés à 4h du matin, effrayés et quand nous nous sommes plaints aux responsables, ils nous ont dit de recourir à un avocat pour nous défendre». Malgré les nombreuses protestations des familles dans la rue, ces habitants sont livrés à leur sort. Le représentant de ces familles a souligné que «la wali a ordonné au promoteur immobilier de construire un mur de soutènement avant le lancement des travaux mais rien n’a été fait jusqu’à maintenant. Les éléments de la protection civile se sont déplacés sur les lieux pour constater les dégâts mais sans suite. Nous ne savons plus où donner de la tête. Nous avons peur que tout s’écroule, d’un moment à l’autre». Outre les habitations menacées, les habitants du quartier ont tenu à signaler qu’une partie de l’artère située entre l’hôtel de police et le chantier a connu des affaissements à certains endroits. Signalons enfin, et selon les représentants des familles, le wali d’Oran aurait ordonné au promoteur d’arrêter les travaux en attendant l’envoi d’une commission, sur place, pour un constat de visu. En attendant, les familles « sinistrées » sont contraintes de passer leurs nuits chez des voisins ou à la belle étoile.

source: Le Quotidien le 22-08-2016

Annonces immobilières

  • location d’appartement haut standing Oran

    bureau d’affaires chez-vous mets en location un appartement haut standing T4 110m² au 1er etage avec cuisine equipée chauffage central climatisation 3 balcon a hayat regency ( LPP ) oran pour plus d’infos contacter […]

  • Appartement F3 à vendre Oran

    Bureau D affaire “الرحمة” Mets En vent super Appartement type f3 Acté a hai Salam coté hasnaoui 80m² 2façade au 5eme etage dans une cité fermée et gardée […]

  • Location F2 meublé A oran dans une villa

    loue f2 meublé tt confort avec garage dans une villa a bir el djir centre, 35000 da le mois + caution L’article Location F2 meublé A oran dans une villa est apparu en premier sur Annonce immobilière en Algérie. […]

Commentaires