Un représentant de la direction du Logement et des Equipements publics de Constantine (DLEP) a annoncé, hier, sur les ondes de la radio régionale que des «changements radicaux sont intervenus, dernièrement, pour faciliter les procédures d’obtention des crédits pour le démarrage des constructions du logement rural». M. Benyounès, chef du service logement à la DLEP, évoquant une réunion, tenue samedi 28 novembre dernier, à Alger, avec le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, a expliqué, en les commentant, les nouvelles facilitations accordées aux bénéficiaires du logement de la formule «Habitat rural» qui pourront, selon lui, bénéficier, à l’avance, d’une partie de l’aide de 70 millions de centimes, accordée par l’Etat, et ce, afin de permettre aux bénéficiaires de lancer, rapidement, la construction de leurs logements. « Auparavant, les conditions d’obtention de l’aide, accordée par l’Etat, mettaient les bénéficiaires, dans leur majorité, devant des difficultés insurmontables et l’aide en question était divisée en trois tranches. Maintenant l’octroi de l’aide se fera sur deux tranches. La première, évaluée à 28 millions, sera versée dès que le bénéficiaire aura obtenu la décision d’attribution et le permis de construire. Et il pourra obtenir la seconde tranche soit la totalité de l’aide dès qu’il aura terminé le gros œuvre », a expliqué, en effet, M. Benyounès, en faisant valoir les avantages accordés par la nouvelle procédure en matière de rapidité et de simplification. Et, a-t-il poursuivi, les concernés ont commencé à affluer auprès des subdivisions de la DLEP, dès le 11 novembre dernier. Et de signaler que sur le montant total de 35 milliards de centimes, évalué et touchant, uniquement, les compléments à la construction à verser, au titre des anciens comme des nouveaux programmes, 15 milliards ont été versés jusqu’à ce jour. « Les sommes seront versées dans les comptes des bénéficiaires par l’organisme local de la Caisse nationale du Logement car, et là un autre avantage, procuré par la nouvelle formule consiste au fait que c’est le président de l’APC concernée qui devra ramener, à la DLEP, la liste des bénéficiaires pour lancer l’enquête, au niveau du fichier national, ensuite, c’est la subdivision qui se chargera des démarches administratives, du traitement du dossier du bénéficiaire ainsi que de son dépôt devant la CNL. « De la sorte, le bénéficiaire sera, totalement, libéré des démarches administratives, longues et éreintantes, et pourra se consacrer, pleinement, à la construction de son logement », a, encore, précisé le représentant de la DLEP. Avant de terminer, l’orateur a assuré que les instructions données par le ministre de tutelle, lors de la réunion du 28 novembre dernier, stipulent que la question du foncier ne doit plus constituer un obstacle à la poursuite des programmes de construction de l’Habitat rural. Ceci d’une part, d’autre part, le ministre a insisté, tout particulièrement, sur l’allégement des procédures bureaucratiques, telle que la rapidité de l’enquête au niveau du fichier national qui donnera le résultat dans la semaine qui suit la demande de l’enquête.

 

Source : Le quotidien d’Oran