Les demandeurs attendent depuis une dizaine d’années la création des lotissements prévus à cet effet.

Plus de deux mille postulants au logement rural au niveau de la commune d’El Ouricia attendent depuis une dizaine d’années la création des lotissements devant abriter des constructions individuelles et dont les propriétaires bénéficient d’une aide de l’Etat.

En effet, selon des citoyens ayant déposé des dossiers depuis plusieurs années, le problème du foncier a compromis l’opération alors que les quotas, voire les enveloppes financières existent. “On a appris que la wilaya via la direction du logement est prête à octroyer les aides nécessaires aux demandeurs retenus à condition que l’assiette foncière devant abriter le projet soit désignée.

Cependant, l’opération a trop duré car l’accord de finalisation de la procédure avec la direction des services agricoles de la wilaya a beaucoup tardé”, nous dira un habitant d’El Ouricia ayant déposé un dossier depuis cinq ans. De son côté, le président de l’Assemblée populaire communale, Rafik Saoudi, a indiqué que l’octroi d’aides pour les logements ruraux groupés est tributaire de la désignation des terrains. “Nous avons émis des propositions pour concrétiser ces projets sur des terrains classés agricoles qui sont de très faible rendement, mais en vain.

Le projet fait toujours du sur-place et les responsables ainsi que les citoyens ne voient pas le bout du tunnel”, dira-t-il. Il est à noter que la commune d’El Ouricia, située à une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Sétif, a, selon ses responsables, toujours été écartée des différents programmes de logements, tous segments confondus, alors que les assiettes foncières existent et les demandeurs ne manquent pas.

Les autorités locales sont, en effet, interpellées pour se pencher davantage sur ce dossier. Rappelons que cette formule de logement est réservée  notamment aux régions du sud et des hauts plateaux. Il est à signaler que la création de lotissements destinés à l’habitat rural groupé, conformément aux directives du ministère de l’Habitat, relève des prérogatives du wali.

 

Liberté Algérie du 20.05.2020