L’opération de tirage au sort des bénéficiaires de logements publics locatifs des habitants des bidonvilles des cités Zef Zef 3 et du Lac des Oiseaux, s’est déroulée le week-end passé, à la salle omnisports des Frères Bouchache à Skikda. C’est le chef de la daïra de Skikda qui l’a présidée, en compagnie du chef de cabinet du wali et du directeur de l’OPGI, en présence d’un huissier de justice. Cette opération représente une des phases du vaste programme de relogement mis en branle et supervisé personnellement par le wali de Skikda, M. Hadjeri Derfouf, comme a tenu à le souligner le chef de la daïra de Skikda M. Mohamed Smahi. ‘’Pour le site du Lac des Oiseaux, il y a eu 81 recours enregistrés auxquels s’ajoutent 294 logements pour le site de Zef Zef 3 soit au total 375 logements qui vont être attribués ‘’. Il a tenu à souligner par ailleurs que l’étude des dossiers se rapportant au logement social pour Skikda a commencé depuis un mois environ et que la commission est à pied d’œuvre et travaille en continu. Il a relevé en outre que la daïra planche en parallèle sur le dossier relatif aux constructions inachevées aussi bien que les habitations non conformes au permis de construire. Il a noté enfin que la dynamique enclenchée depuis le démarrage des opérations de relogement va se poursuivre et que l’administration demeure à l’écoute des citoyens pour prendre en charge toutes leurs doléances. S’agissant de l’opération de tirage au sort, elle a été menée dans une ambiance sereine, tous les moyens humains et matériels ont été mis en œuvre pour sa réussite. A noter la réaction des bénéficiaires de logements ayant pris part au tirage au sort qui ont tenu à exprimer leur satisfaction en présentant leurs vifs remerciements aux autorités locales, particulièrement le wali de Skikda, pour avoir mis fin à leur calvaire qui a duré pour certains plus de deux décennies.

Au niveau de Azzaba pourtant l’atmosphère est moins détendue au sein des bénéficiaires de 60 logements LPA qui s’impatientent et ne comprennent pas l’attitude des responsables de l’OPGI qui tardent à leur remettre les clefs de leurs logements qui ont été pourtant achevés.

Source: le Quotidien d’Oran du 07/01/2019



Commentaires