Le report du relogement qui a été prévu pour la fin de l’année 2013, est motivé par le souci de finir les travaux.

Annoncé en grande pompe, le programme du relogement des milliers de citoyens qui attendent impatiemment leur chance, dépend essentiellement de la finition des projets qui devront répondre à toutes les commodités à commencer par le raccordement du gaz de ville, de l’eau et plus, a révélé hier, Benzaïm Abdelouahab, vice-président de l’APW d’Alger, lors de l’ouverture de la journée d’étude qui porte sur le rôle de l’entreprise dans le développement local au siège de la wilaya d’ Alger.
«Si cela dépendait uniquement de la wilaya d’Alger, l’opération de relogement peut commencer dès aujourd’hui. Mais cela dépend des deux aspects qui concernent le volet administratif et technique devant prendre en charge toutes les exigences d’une habitation décente», a indiqué Benzaïm.
Très sollicité par la presse nationale sur la question de la clarification du dossier du logement qui fait passer des nuits blanches, aussi bien aux citoyens dans le besoins qu’aux pouvoirs publics concernés, le vice-président de l’APW d’Alger a rassuré autant de fois sur la disponibilité du logement, tout en insistant sur la nécéssité de garder le calme et d’être patient du moment qu’aucun responsable ne possède la bague magique pour résoudre l’ensemble des préoccupations en quelque temps.
Au sujet de la distribution des logements, Benzaïm n’a fait que rappeler les promesses de Abdelkader Zoukh, wali d’Alger, qui est revenu à maintes reprises sur l’obligation de la transparence et la prise en charge des besoins essentiels des populations qui souffrent le martyre depuis des décennies. Sans citer les cités concernées par le relogement, le dynamique vice-président de l’APW d’Alger, rassure quant à la procédure légale et loyale ainsi que la livraison des unités dans les normes de l’habitat.
Par ailleurs, la journée d’étude a permis de réunir l’ensemble des représentants des 57 communes d’Alger pour rapprocher les avis et responsabiliser chacun de son côté afin de travailler en coordination permanente avec les entreprises, notamment celles créées dans le cadre du dispositif de l’Ansej bénéficiant d’un taux de 20% des projets acquis, selon l’instruction du Premier ministre, Abdelmalek Sellal.
Annonçant la création de plus de 30 000 nouvelles PME pour l’année 2014, et ce, afin de booster les capacités des réalisations et du développement de la capitale qui ne compte que 29 900 entreprises.
Les nouvelles entreprises devront être orientées vers le développement et la préservation de la qualité de l’environnement, à savoir la collecte des déchets ménagers, le recyclage, l’environement et tout projet qui va dans le sens du développement de la culture de propreté et qui se répercute positivement sur la santé publique et l’amélioration de l’image de la capitale. Pour clôturer le bilan de l’année 2013, c’est le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh qui a rassemblé les différents acteurs et directions de la capitale, afin de revenir dans le détail des réalisations d’une part, et d’autre part, donner de nouvelles orientations économique, sociale et administrative qui vont dans le sens de l’allégement de la pression quotidienne des Algérois.

Source : L’expressiondz du 31.12.2013