La polémique soulevée par les propos du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, qui, selon plusieurs quotidiens nationaux, aurait lié les opérations de relogement à la participation au prochain scrutin, n’aurait pas lieu d’être, selon l’intéressé, qui a estimé dans une déclaration à Liberté que sa parole a été sortie de son contexte. D’après lui, il ne s’agissait que d’une “plaisanterie” avec un journaliste. Il justifiera, en outre, le retard de l’opération de relogement par des “facteurs techniques” dont notamment la finalisation du recensement des familles des bidonvilles. Plus de 20 000 logements seront attribués dès que tous les détails seront réglés, assure-t-il. “Mais lier l’opération au prochain scrutin n’est qu’une aberration.” Dont acte.

Source: Liberté


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site