Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a réagi au scandale des 200 logements fissurés dans la cité du 17-Octobre à Aïn-Séfra (Haï El- Hammar) et ce, après le rapport de la commission ministérielle qui a été dépêchée sur les lieux samedi dernier.
Lundi donc, par un communiqué rendu public, le chef du gouvernement a ordonné la création d’une commission technique qui serait en charge du dossier et a instruit, de ce fait, les services de la Gendarmerie nationale de Naâma d’ouvrir une enquête, suite aux défauts et fissurations constatés dans la réalisation des logements. Face à cette situation, le Premier ministre a chargé le ministre de l’Habitat de prendre les mesures nécessaires pour mettre toute la lumière sur cette catastrophe.
Ainsi, plusieurs groupes de travail ont été installés, comme une commission technique constituée de premiers responsables des organes du Contrôle technique de la construction (CTC), un Laboratoire national du logement et de la construction (LNHC) un Centre national d’études et de recherches intégrées du bâtiment (Cnerib) et un Centre national de recherche appliquée dans l’ingénierie de la résistance aux tremblements de terre (CGS), afin de définir les causes des fissurations et délimiter les responsabilités des différents intervenants.
Ce comité technique, mis à la disposition des services de la Gendarmerie nationale dans le cadre de son enquête proposera des mesures d’urgence d’intervention. Il prendra aussi des mesures de discipline contre les mis en cause, indique-t-on.
B. Henine le soir d’algérie du 22.01.2020 ,


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site