Le ministère de l’Habitat, de l’Urbansisme et de la Ville a mobilisé une enveloppe de cinq milliards de dinars destinée à prendre en charge la viabilisation du nouveau pôle urbain d’Ighzer Azarif, situé dans la circonscription de Oued Ghir, à 12 km à l’ouest de Béjaïa, a annoncé, jeudi, à Béjaïa le premier responsable du secteur, Abdelwahid Temmar.

Le site qui s’étale sur 250 hectares, accueille un gigantesque chantier, pour l’implantation de plus de 16 000 logements dont 6 000 déjà achevés, s’affiche dores et déjà comme une nouvelle ville et une extension naturelle à la ville de Béjaïa, qui fait face, depuis quelques années, à une saturation avérée faute de disponibilité foncière dans ses limites géographiques. «C’est une nouvelle ville qui va accueillir pas moins de
80 000 habitants. Et c’est une belle zone (construite sur le haut des collines). Il faut la réussir», a souligné le ministre, tout en insistant sur la qualité à y observer dans la réalisation autant des logements que des équipements publics. Cette enveloppe, ou autorisation de programme du département ministériel de l’Habitat, vient dans cet objectif , a assuré le ministre qui, détaillant l’éventail de ce financement, a fait cas, notamment de la prise en charge de l’essentiel des coûts qui seront induits par la réalisation des amenées, en l’occurrence l’eau, l’éléctricité, le gaz et la prise en charge de l’assainissement et des rejets. Le ministère de l’Habitat qui y joue un rôle pivot sur le site, n’est pas seul pour autant, a relevé M. Temmar. Il indiquera que les ministères de l’Hydraulique et de l’Enérgie ont décidé d’apporter leur contribution matérielle et technique, chacun en ce qui le concerne, pour hâter l’achèvement du projet. «Désormais, il n’y a plus de contraintes majeures», a indiqué le ministre, exhortant les techniciens en place, à «faire vite et bien» en se fixant comme objectif de livrer aux citoyens demandeurs les premiers logements viabilisés dès l’été prochain.
En fait l’achèvement de ce gigantesque projet, par delà son impact social et économique, est ardemment attendu pour libérer les moyens qu’il mobilise et leur re-ventilation sur un autre site de même nature, celui de Sidi-Bouderham, à la périphérie ouest de Béjaïa, siège d’un chantier d’une consistance de 9 000 logements.
Les retards enregistrés dans les travaux en raison, a-t-on relevé, d’un manque de moyens et d’entreprises de réalisation, tous focalisés sur Ighzer Azarif. Le ministre a tenu une réunion à huis clos avec ses cadres centraux et locaux, afin de décider d’un planning et des opérations à engager en priorité sur l’un et l’autre des deux sites et du suivi à faire.
Durant cette visite le ministre a fait le point également sur le logement rural et les besoins de la wilaya en la matière, la formule y connaissant un vif succès. M. Temmar a passé également en revue plusieurs structures dépendant de son département ministériel.

Source: le courrier d’Algérie du 25/01/2019



Commentaires