Hier, au début de l’après-midi, des dizaines d’habitants de la cité Ainouche H’djila, ex évolutif, sise au cœur de l’ancien ville de Bouira ont procédé à la fermeture, à l’aide des troncs d’arbres et autres objets la route reliant l’ancienne et la nouvelle ville de Bouira au niveau du pont Sayeh. Les mécontents, du moins ceux avec qui nous avons pris attache, disent qu’ils ont entrepris cette action de protestation pour exiger un nouveau quota de logements pour les habitants de cette cité qui sera démolie incessamment et les résidents seront recasés dans un autre site nouvellement réalisé. Selon les mécontents, la cité compte 128 logements habités par 315 familles, alors que la listes des bénéficiaires de l’opération du recasement est de 175 logements, chose que les résidents de la cité du moins ceux dont les noms ne figurent pas sur ladite liste n’acceptent pas. Pour éviter tout dérapage et dégager la route une unité des forces antiémeute a été dépêchée sur les lieux. Ces derniers ont procédé à l’ouverture de la route sans que les manifestants ne s’opposent mais ils ont refusé de quitter les lieux. La tension est toujours tendue à l’heure où nous mettons sous presse. Les demandeurs de logements menacent de ne plus reculer jusqu’à ce que leur doléance soit satisfaite. Il convient de souligner que les logements en question seront attribués aux bénéficiaires lors de la visite du Premier ministre prévue pour la semaine écoulée. Affaire à suivre.

 

Source : lecourrier-dalgerie


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site