La situation en matière de développement est telle qu’un plan d’urgence est de plus en plus revendiqué par les 20.000 habitants de la commune de Labiodh Medjadja, localité située à 10 km au nord-est du chef lieu de wilaya et qui abrite la célèbre zaouïa de Sidi M’hamed Ben Ali.

A vocation agricole, la commune semble avoir raté le train du développement tant sur le plan économique que social. Elle souffre énormément de l’isolement et de l’exode, conséquence de la précarité des conditions de vie. Toutefois, si les besoins sont nombreux, les gens de cette commune nous ont fait part de leur désir de voir leur localité bénéficier d’un programme consistant de logement social ou dans le cadre du RHP (résorption de l’habitat précaire).

Les habitants soulignent que la crise du logement est palpable dans chaque famille. Plusieurs couples cohabitent dans un seul logement généralement appartenant aux parents. Cela, diront-ils, crée des tensions entre les membres de la famille. A cela s’ajoutent l’insuffisance des infrastructures sanitaires, culturelles et sportives. En effet, à défaut de moyens de distraction le vide meuble le quotidien des jeunes, et certains sont tentés de trouver refuge dans les hallucinogènes. Lors d’une récente visite à cette commune, le wali s’est rendu compte de lui même du désarroi des habitants mais surtout de la jeunesse qui ne voit pas de perspectives pour son avenir. Le chômage est une réalité quotidienne. Aujourd’hui, alors que les caisses de l’Etat ne sont plus ce qu’elles étaient auparavant, il paraît très difficile pour les pouvoirs publics de répondre favorablement à toutes les doléances des habitants de cette commune.

Source: Le Quotidien d’Oran