Hier matin à 9 h, un garde communal à la retraite a menacé de se jeter du haut de la terrasse de la wilaya. Il était désabusé de voir toutes ses demandes de relogement sans suite.

Aux environs de 9 heures hier matin, un homme a pu accéder avec une facilité déconcertante au toit du siège de la wilaya d’Oran. Ce garde communal à la retraite a menacé de se jeter dans le vide par désespoir de voir toutes ses demandes de relogement sans suite alors qu’il a rempli toutes les procédures légales pour parvenir à obtenir un toit décent pour ses quatre enfants. On comprendra après les pourparlers engagés pour le dissuader de renoncer à l’irréparable qu’il ne croyait plus aux promesses qui lui ont été faites par les différentes autorités entre celles du ministère de l’Intérieur, de l’Habitat ou en dernier lieu, celle du P/APC de Hassi Bounif.

Il faut savoir que ce garde communal a déjà fait une première tentative d’immolation en s’aspergeant d’essence avec ses enfants devant le siège de ladite APC. La scène que suivaient d’en bas les citoyens venus régler hier matin leurs besoins administratifs, a beaucoup intrigué et ému. Par ailleurs, un cordon sécuritaire a été mis en place et de leur côté, les éléments de la Protection civile ont aussi préparé un dispositif spécial qu’ils utilisent dans des cas sensibles.

A noter aussi que la hauteur du siège de la wilaya équivaut à une vingtaine d’étages. Une commissaire de police a commencé avec d’autres fonctionnaires à entamer des pourparlers avec le garde communal à la retraite qui paraissait, selon l’ensemble des personnes présentes, «décidé à commettre l’irréparable». Ce dernier, qui vit avec ses quatre enfants chez un membre de sa famille, dira qu’il a risqué sa vie à maintes reprises lors de la décennie noire et combien de fois des promesses lui avaient été faites par diverses autorités mais qui sont restées vaines à ce jour, d’où l’acte de désespoir décidé hier matin.

Fort heureusement, après une heure de négociations et de promesses, l’homme en question renoncera à son acte suicidaire au grand soulagement des personnes présentes qui ont compati à sa résolution extrême. Une question reste toutefois posée : au-delà de la crise du logement et ses conséquences sur les réels nécessiteux, l’accès à la terrasse de la wilaya d’Oran est-il aussi aisé que cela ? Démission ou baisse de vigilance, le service de sécurité de cette institution est directement concerné. Les prochains jours nous le diront.

Source: El Watan


Notre rédaction est constituée de simples bénévoles qui essaient de regrouper toute l'information concernant le logement dans un seul et même site