Le siège de l’OPGI de la zone industrielle de Hassi R’mel (Laghouat) a été, récemment, le théâtre de mouvements de protestation, où des citoyens l’ont fermé pour réclamer leur droit à l’acte de propriété de leur logement.

Selon nos informations, ces citoyens ont occupé ces logements depuis 1986, après avoir payé la somme de 40 millions de centimes exigée par l’OPGI. Mais plusieurs années après, ces mécontents n’ont toujours pas leur acte de propriété, et ce, en raison d’une instruction ministérielle classant la zone industrielle de Hassi R’mel zone à risque majeur.
Les concernés refusent de se plier à cette instruction, demandant dans ce contexte l’intervention des autorités concernées pour régler leur situation qui demeure toujours confuse.

source:  el watan