TEBESSA– Le chargé de mission de suivi des régions d’ombre, auprès de la présidence de la République, Mourad Ibrahim a souligné mercredi à Tébessa l’importance de ‘’trouver des solutions d’urgence afin de prendre en charge les préoccupations des habitants de ces régions dans tous les secteurs’’.

‘’Il est impératif d’entamer l’application des solutions d’urgence pour en prendre en charge les préoccupations des habitants des régions d’ombre en vue d’améliorer leurs conditions de vie et de les fixer dans leurs régions d’origine.’’, a relevé le chargé de mission lors de sa rencontre dans la région d’ombre ‘’Gabel Boudjellal’’ dans la commune d’El Ma Labiod avec les responsables locaux, les attachés du cabinet du wali, les présidents des assemblées élues et les chefs de daïras.

Il a, ce sujet, affirmé ‘’qu’il incombe aux responsables locaux et aux élus de prendre des décisions d’urgence dans les secteurs de l’énergie des ressources en eau et des travaux publics pour prendre en charge les préoccupations des habitants des régions d’ombre de cette wilaya’’ rappelant à cette occasion ‘’l’extrême importance qu’accorde le président de la République, Abdelmadjid Tebboune à ce dossier’’.

Au cours de sa visite dans la wilaya de Tébessa, M. Mourad Ibrahim s’est rendu dans les zones d’ombre des communes de El Ma Labiod et Laaouinet, où il a constaté de visu les conditions de vie ‘’difficiles’’ des riverains et a relevé leurs doléances leur promettant d’en faire un rapport détaillé au président de la République.

S’entretenant avec quelques citoyens, ce responsable a réitéré la volonté des autorités à ‘’trouver des solutions radicales à la précarité et à la misère qu’endurent au quotidien les habitants des régions d’ombre’’.

Il a appelé à cette occasion les responsables locaux à se tourner vers l’énergie solaire pour alimenter ces régions-là en électricité et à inscrire des projets de désenclavement.

Lire aussi: L’Algérie compte 15 000 zones d’ombre habitées par 8,5 millions de citoyens

A signaler que la wilaya de Tébessa recense plus de 380 zones d’ombre qui manquent dans leur majorité des conditions minimales de vie, notamment dans le domaine de l’énergie, les ressources en eau, le logement et les travaux publics.