C’est par une chaleur torride et dans une colère indescriptible que des habitants de la ville de Chébaita Mokhtar, daira de Dréan, wilaya d’El Tarf, que se sont emparé de tous ce qui leur tombait sous la main, pierres, madriers, tôles et pneus, qu’ils avaient brûlés et utilisés pour bloquer la RN16 qui traverse le centre-ville à hauteur de la passerelle, ainsi que la voie ferrée qui longe cette même route nationale, dès 09h de la matinée de jeudi dernier. Ce fut ensuite autour du rond-point, à environ 3 km du centre-ville, en allant vers Hadjar, là où commence l’évitement contournant la ville, d’être bloqué par les protestataires, empêchant ainsi le trafic routier d’emprunter cette voie express. Du coup, comme solution pour les automobilistes, vers les wilayas de Tébessa, Souk Ahras et Dréan, vers Annaba et inversement, il ne restait plus que d’emprunter au prix d’une quinzaine de kilomètres supplémentaires, la route passant par Zorami, puis la RN 21 reliant Guelma à El Hadjar ou bien passer par Dréan et Benamar, pour déboucher sur la RN44, du côté de l’aéroport ‘Rabah Bitat’ à Annaba.

Un train de transport de minerai était à l’arrêt, a à cause des d’obstacles dressés sur les rails. Des protestataires ont évoqué les listes des logements non encore attribués mais surtout les coupures répétées de l’électricité qui leur ont causé beaucoup de désagréments comme ces équipements électroménagers endommagés avec l’impossibilité de disposer de son climatiseur par cette chaleur suffocante et les moustiques envahissants. Le cas d’un transformateur qui leur était destiné puis détourné vers une commune a aussi été évoqué.

Les contestataires n’ont pas voulu parler au Chef de daïra qui s’est déplacé, encore moins à leur maire, exigeant de parler directement au wali.

Selon le maire de cette commune, 15 représentants ont été sollicités afin de se rendre au siège de la wilaya et exposer leurs préoccupations au chef de l’Exécutif. Mais les protestataires ne se sont pas mis d’accord sur les personnes devant les représenter, laissant place à la contestation de repartir de plus belle, à partir de 17h, avec toujours des obstacles dressées ici et là.

Le P/APC, avec regrets, nous a déclaré qu’il a tout fait pour ramener les contestataires à de meilleurs sentiments.

Source : Le quotidien d’oran du 09.07.2019